Armstrong: La fortune de Lance et ce qu’il risque de perdre

Posté le 24 octobre 2012 par

x0

Un business jusqu’ici (très) solide qui vacille. Lance Armstrong devra rendre des sous après les accusations dont il vient d’être l’objet. Mais il reste encore pas mal d’argent à l’Américain…

Lance Armstrong – @Icon Sport

Lance Armstrong est tombé sur décision de l’Agence antidopage américaine (USADA), confirmée par l’Union cycliste internationale (UCI). L’auteur du « programme de dopage le plus perfectionné, le plus professionnel et le plus efficace jamais vu dans le sport » a dû rendre ses titres, notamment ceux gagnés sur le Tour de France et pourrait être amené à rembourser, les gains gagnés au cours de sa carrière. Christian Prudhomme, patron du Tour de France, a souhaité qu’Armstrong rembourse ses primes gagnées sur la Grande Boucle. Et d’autres pourraient suivre. Combien Lance Armstrong possède-t-il sur son compte en banque et que risque-t-il d’avoir à rendre ? Réponse…

Lance Armstrong, une fortune de 100M€

Estimée par le Sunday Times dans son rapport annuel, la fortune du Texan s’élèverait à 100 millions d’euros. Personnage particulièrement influent et médiatique aux Etats-unis après qu’il eut surmonté un cancer des testicules, Lance Armstrong a su monétiser sa popularité au cours de sa carrière. Outre les salaires versés par ses différentes équipes (US Postal, Astana, RadioShack…) avec dans chacune un statut de leader, il a profité de juteux et nombreux contrats de partenariats.

Sauf que depuis que l’UCI a confirmé le rapport de l’USADA, tous ses sponsors s’en sont allés. D’abord l’équipementier Nike, partenaire historique. Puis les cycles Trek, le brasseur Anheuser-Busch, la société de boisson énergétique, FRS, la marque de nutrition sportive, Honey Stinger, le fabricant des casques Giro et le dernier, le lunettier Oakley ; tous ont cessé leur association avec Lance Armstrong.

Ce que Lance Armstrong risque de perdre

De l’argent, l’icône déchue risque d’avoir à en rendre. A commencer par les 2,95 millions d’euros gagnés en sept victoires sur les routes du Tour de France et que lui réclame Christian Prudhomme. Plus 100.000 euros environ, l’addition des primes ailleurs que sut le Tour notamment deux succès au Dauphiné Libéré. Armstrong risque aussi d’avoir à rembourser les 5,8 millions d’euros que la compagnie d’assurance SCA, spécialisée dans les risques financiers liés aux bonus sportifs, lui avait versé en 2005. En 2004, SCA s’était en effet engagé à verser 3,8 millions d’euros au Texan, s’il gagnait le Tour, en vertu d’un contrat passé avec son équipe, l’US Postal. Mais des soupçons de dopage pesant déjà à l’époque sur l’Américain, la compagnie d’assurance avait refusé de payer. La justice avait tranché et ordonnée que soit versé au Texan la somme réclamée plus des dommages et intérêts. Aujourd’hui, SCA voudrait la monnaie de sa pièce.

Et cette affaire pourrait avoir pour autre conséquence bien plus grave pour Armstrong qui risque un procès pour parjure et jusqu’à trente ans de prison. Face à la compagnie d’assurance CSA, il avait en effet déclaré sous serment, n’avoir jamais eu de contact avec le sulfureux docteur Ferrari après 2004. Le rapport l’USADA, validé par l’UCI prouve le contraire. Outre la prison, Lance Armstrong risque un plus de un million d’euros d’amende.

Enfin, il y a le Sunday Times à qui Armstrong pourrait être amené à rendre beaucoup d’argent (on parle d’une somme avoisinant les 750.000 euros) parce qu’il avait attaqué le journal britannique et deux de ses collaborateurs en 2004. A l’époque, le journal avait soupçonné l’Américain de se doper. Un accord avait alors été trouvé avant que le litige ne se règle devant les tribunaux.

Près de 10 millions d’euros que Lance Armstrong devra peut-être rendre

A l’addition de tous ces éléments, c’est pas moins de 10 millions d’euros que Lance Armstrong risque d’avoir à rendre à différents partis et des années de prison qui pèse sur ses épaules. Malgré cela, sa fortune reste immense, sa notoriété également chez lui à Austin au Texas et ailleurs aux Etats-Unis ; beaucoup préférant retenir son engagement dans l’association Live Strong qu’il a créé pour lutter contre le cancer plutôt qu’un athlète dopé qui a dupé tout son monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.