Comment, avec l’équipe de France, le PMU met la pression sur les sénateurs

Posté le 20 décembre 2009 par

x0

Le conseil fédéral de la Fédération française de football (FFF) a approuvé vendredi le renouvellement des contrats avec ses partenaires économiques pour la période 2010 – 2014, a annoncé le vice-président de la FFF Noël le Graët. Le Crédit Agricole, GDF Suez et le PMU (nouvel entrant) seront les principaux partenaires de l’équipe de France avec l’équipementier Adidas (remplacé par Nike à partir du 1er janvier 2011). Le Crédit Agricole et le PMU seront les partenaires majeurs de la Coupe de France. Carrefour, SFR, Sport 2000, Coca Cola et Konami ont aussi renouvelé leur partenariat. Une bonne nouvelle pour la fédération qui engrange au passage 30 millions d’euros et pour son président Jean-Pierre Escalette pas mécontent du tout de voir sa fédération et les Bleus plébiscités par les sponsors. La meilleure preuve reste en effet l’entrée du PMU qui devient un partenaire majeur grâce à un accord conclu pour une durée de 4 ans. Ce partenariat interviendra pour l’été 2010, à l’issue de la Coupe du monde de Football 2010 qui aura lieu en Afrique du Sud du 11 juin au 12 juillet. Dans le détail, le PMU parrainera tous les footballs, du plus haut niveau international, avec les équipes de France, jusqu’au football régional et local, à travers la Coupe de France et le football amateur. Le PMU sera aussi parrain des retransmissions de la Coupe du monde Fifa-Afrique du Sud 2010 sur les antennes du groupe TF1.

Retour sur investissement

Associé au sport numéro1 en France qui compte plus de 2,3 millions de licenciés, le PMU, deuxième entreprise de paris hippique dans le monde et première en Europe depuis plus de 5 ans, annonce la couleur et lorgne d’ores et déjà du côté du marché, juteux, des paris en ligne. Comme l’a rappelé Philippe Germond, le président-directeur général, le PMU qui a réalisé en 2008 la bagatelle de 9,3 milliards d’euros de chiffre d’affaire souhaite voir au plus vite, l’ouverture du marché des jeux en ligne et espère que le projet de loi sera examiné encore plus vite par les sénateurs pour que les licences soient attribuées à temps. Pour lui « à temps » signifie avant la Coupe du monde de football 2010 afin affirme-t-il « de lutter contre les sites illégaux et leur publicité en protégeant les parieurs« . Un rêve pieu à l’heure où les acteurs de l’ouverture à la concurrence des paris sportifs, hippiques, et du poker en ligne, expriment eux de sérieux doutes sur l’entrée en vigueur de la loi à cette échéance, déjà retardée de cinq mois par rapport au calendrier initial. Mais si l’argent ne fait pas tout, notons que le PMU en scellant ce partenariat avec la FFF, doit espérer avoir parié sur le bon cheval…

Richard Dassaut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.