Euro 2012: La pause-pipi des mi-temps fait exploser la consommation d’eau !

Posté le 24 juin 2012 par

x0

Supporters allemands à l'Euro 2012 - @Iconsport

Supporters allemands à l'Euro 2012 - @Iconsport

C’est un constat très sérieux que dresse tous les deux ans, le fournisseur allemand d’eau et d’énergie, Rheinenergie. A chaque match de la Mannschaft dans une grande compétition de football, la consommation en eau du pays a tendance à exploser, quelques secondes après l’annonce de la mi-temps. Pourquoi ? Simplement parce que dans un pays où les matches de l’équipe nationale rassemblent 22 millions de téléspectateurs devant leur poste (sur 81 millions d’habitant, soit plus d’1 Allemand sur 4 !), le rituel est toujours le même. A la mi-temps, c’est pause-pipi pour tout le monde…

Les pause-pipi des mi-temps peuvent faire grimper la consommation d’eau jusqu’à 150% !

Exemple concret avec Allemagne – Portugal en phase de poules (victoire des Allemands 2-1, premier match de la Mannschaft dans la compétition). Le journal de Cologne nous explique très sérieusement que quelques secondes après le coup de sifflet de l’arbitre, la consommation en eau a brutalement doublé dans la ville. Le phénomène est encore plus marqué en cas de beau temps. Les médias se souviennent ainsi que lors du quart de finale du Mondial 2006 (Allemagne – Argentine), disputé visiblement alors qu’il faisait très chaud outre-Rhin, la consommation a explosé de 150% à la mi-temps.

Le fournisseur obligé d’ouvrir des vannes supplémentaires…

Le phénomène n’est pas sans incidence pour Rheinenergie. Le fournisseur est en effet obligé d’ouvrir des pompes d’évacuation supplémentaires pour faire face à la demande. Le constat semble d’ailleurs le même dans les autres pays qui participent à ces grandes compétitions. Sauf qu’en France, avec des matches de l’équipe nationale qui ont rassemblé, au mieux, 12 millions de téléspectateurs, l’impact n’est pas le même que chez nos voisins…

no images were found

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.