OM-Arsenal en Ligue des Champions: Les notes des commentateurs

Posté le 19 octobre 2011 par

x0

Christophe Jammot, Arsene Wenger et Bixente Lizarazu @Icon Sport

Vous le savez désormais, après les principales rencontres sportives, Sportune analyse pour vous la performance des commentateurs à la télévision. Ce mercredi soir, c’est Christophe Jammot et Bixente Lizarazu qui se sont chargés d’animer la rencontre de Ligue des Champions, OM-Arsenal diffusée en direct sur TF1. La première chaîne avait pris le pari de l’Olympique de Marseille plutôt que de porter son choix sur l’OL ou le Losc. A-t-elle eu raison ? La doublette Jammot-Lizarazu s’est-elle montrée à la hauteur de l’événement ? Voici ce que nous en avons pensé…

Christophe Jammot

Christophe Jammot @Icon Sport

Frenzall 3,5/10
Même quand il a essayé de nous vendre la finale de la Coupe du monde diffusée en direct sur sa chaîne dimanche, il n’a pas su nous faire vibrer. Sur l’encéphalogramme du commentateur sportif, Christophe Jammot est resté proche du zéro. « Il prend pas le moindre risque, il prend le ballon, il le transmet » disait-il à propos du marseillais Alou Diarra. C’est un peu ce qu’on lui reproche avec Bixente Lizarazu. Sans ce « supplément d’âme » cher au chroniqueur sportif, on ne peut espérer d’envolée lyriques. Comme le match la prestation d’ensemble de Christophe Jammot était franchement moyenne pour ne pas dire insuffisante.

Palissarde 4/10
Christophe Jammot ne s’est pas montré en mesure de hausser l’intérêt d’un match lui même aussi passionnant qu’un duel télévisé Aubry-Hollande pendant les primaires socialistes. Sur ce coup, la tâche du commentateur n’était franchement pas évidente, dans un stade qui plus est à moitié vide. Mais la platitude du discours était égale à celle du terrain. Pas de phrase choc, peu d’affinité avec Bixente Lizarazu, peu de charisme et un discours neutre. On aurait pu au moins rigoler quelques fois sur 2-3 blagues bien placées ? Mais non…

Nicolas Benardeau 4/10
Christophe Jammot a fait le job sans prendre de plaisir. Toujours sur le même rythme, toujours sur le même ton. Il faut dire que le remplaçant de Christian Jeanpierre n’a pas été aidé par la qualité du match. On s’est ennuyé ferme au Vélodrome et le commentateur n’a rien fait pour inverser la tendance. Christophe Jammot a fait du Christophe Jammot, c’est à dire énumérer pendant 90 minutes les joueurs présents sur la pelouse.

Bixente Lizarazu

Bixente Lizarazu @Icon Sport

Frenzall 5/10
Ah Lizarazu. Ses analyses ont respiré le chauvinisme et en même temps on ne peut s’empêcher de se dire qu’heureusement qu’il était là sans quoi on se serait ennuyé à mourir. On dira donc à propos de l’ex-international tricolore qu’avec lui, il y a boire et à manger. Et que cela tombe plutôt bien puisque avec cet OM sur le terrain, nous sommes resté sur notre fain. Rien que pour ça, je lui colle la moyenne.

Palissarde 4/10
Dès le début de ce OM-Arsenal, le champion du monde 98 n’avait pas l’air très motivé par l’idée de commenter cette rencontre. Le déroulement du match ne lui a pas donné tort. On a déjà vu Bixente plus piquant dans le discours. S’il a admis les lacunes marseillaises, on aurait attendu, peut-être, un commentaire plus offensif de la part d’un expert qui a déjà montré par le passé – Raymond Domenech peut en témoigner – qu’il savait sortir les crocs. Match à oublier.

Nicolas Benardeau 5/10
Peu enthousiaste au début de la partie, Bixente Lizarazu est monté en puissance en s’acharnant sur le joueur d’Arsenal Andrei Arshavin. Le bouc émissaire de la soirée à dû entendre siffler au dessus de sa tête tellement le champion du monde 98 a multiplié les attaques à son encontre. Il est vrai pas à la fête tout au long de la partie, le Russe n’a pas fait pire que les 22 acteurs présents sur le terrain. Bixente Lizarazu a dû se sentir seul ce soir. Orphelin d’Arsène Wenger, il l’a cherché à plusieurs reprises en mettant en avant ses erreurs de coaching. L’ancien joueur du Bayern mérite quand même la moyenne pour avoir réussi l’exploit de ne pas s’être endormi pendant la rencontre.

Ambiance générale

Christophe Jammot, Arsene Wenger et Bixente Lizarazu @Icon Sport

Frenzall 3/10
Nous n’avons qu’à nous dire que TF1 nous a réservé le meilleur pour dimanche. Parce que si on se limite à ce match, on va friser la dépression. Même Frédéric Calenge d’ordinaire si volontaire pour prendre la parole en est resté presque muet. Sachant que ni sur le terrain ni en cabine de presse ni même d’ailleurs du côté de la réalisation qui ne nous a rien offert d’extraordinaire ; bref sachant que personne n’y a manifestement mis du sien ce mercredi soir, c’est pour tous, TF1 en tête, un match à très vite zapper.

Palissarde 3/10
Pas sûr que le choix de TF1 de retransmettre une rencontre entre deux équipes à la recherche de confiance en ce début de saison, se soit soldé une grande réussite. Dans un stade qui sonnait à moitié vide et en travaux, le spectacle n’était pas digne d’une grande affiche au Vélodrome, dans les tribunes et sur le terrain. Entre deux clubs relégués en milieu de tableau dans leur championnat, cette rencontre sentait le match fermé à double tour. Et ça n’a pas manqué ! A la décharge de la Une, on peut admettre que le face-à-face en ballotage pour une diffusion sur TF1, Real Madrid – OL (score finale: 4-0), n’a pas été un sommet du football non plus mardi soir. Pour ce qui est du couple Christophe Jammot – Bixente Lizarazu, le duo ne s’est pas montré en mesure de donner du piquant à cette rencontre. Aucune plus-value apportée. TF1 peut, une nouvelle fois, craindre pour son audience, alors que les deux premières journées de Ligue des Champions font déjà partie des plus faibles scores jamais enregistrés dans l’histoire la compétition…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.