Les salaires des joueuses de l’équipe de France vs ceux de la team USA

27 juin 2019 à 22:05 par Thomas

0

France – Etats-Unis : un duel de costaudes, au Mondial 2019 de football.

C’est une finale avant l’heure entre les deux nations favorites du tournoi : l’équipe de France, car elle joue à domicile et la team USA, en tant que nation la plus titrée du football féminin. Les deux pays alignent les joueuses les mieux payés de la discipline, avec en tête de liste celles qui défendent les couleurs de l’Olympique Lyonnais ; club référence européenne (voire mondiale), depuis quelques années. Les salaires des joueuses de l’équipe de France de football et ceux des Etats-Unis sont, somme toute assez proches.

Wendi Renard et Amandine Henry en tête des charts

Les chiffres résumés ci-dessous sont ceux du journal L’Equipe (du 21 juin 2019) et du magazine France Football (du 2 avril 2019). En moyenne, une joueuse du top 10 de celles qui gagnent le plus chez les Françaises, dépasse les 15 300 euros, contre 18 600 euros mensuels dans le camp des USA. Elles sont peu nombreuse sur le globe, à égaler ou dépasser les 20 000 euros par mois. Elles sont cinq du côté des Bleues de France ou des Blanches des Etats-Unis. Dont la défenseuse Wendie Renard et la milieu et capitaine française, Amandine Henry proches de 29 000 euros bruts mensuels : elles ont les salaires les plus hauts du football féminin. Ces données sont des estimations, sans les variables à la performance en plus ; en club et/ou avec l’équipe nationale. Si les Bleues passent l’obstacle des Etats-Unis et terminent à minima troisièmes, elles recevront un bonus de la Fédération.

Vous aimerez aussi:  ASSE - Comment l'UEFA choisit les stades des finales européennes ?

Les Françaises sont payées en club, les Américaines par leur fédération

Reste une différence majeure entre les deux pays, puisque les Américaines sont payées par leur fédération, pour les matchs internationaux et le championnat NWSL (tandis que les Bleues sont rémunérées par les clubs). En 2016, quelques-une d’entre elles ont intenté un procès, dans le but de gagner autant que les garçons. Elles n’ont pas eu gain de cause, mais elles ont obtenu une augmentation. Les salaires ci-dessous sont des estimations données sans les contrats de sponsoring. Peu en ont, mais une joueuse comme Alex Morgan est suivie de très nombreuses marques, à ce point que ses revenus totaux générés dépasseraient les 2,5 millions d’euros l’année.

Les plus hauts salaires de l’équipe de France

 Wendie Renard (Olympique Lyonnais) = 29 000 € par mois
 Amandine Henry (Olympique Lyonnais) = 29 000 € par mois
 Griedge Mbock (Olympique Lyonnais) = 18 000 € par mois
 Eugénie Le Sommer (Olympique Lyonnais) = 15 000 € par mois
 Sarah Bouhaddi (Olympique Lyonnais) = 12 000 € par mois
 Amel Majri (Olympique Lyonnais) = 10 000 € par mois
 Delphine Cascarino (Olympique Lyonnais) = 10 000 € par mois
 Kadidiatou Diani (Paris SG) = 8 000 € par mois
 Gaëtane Thiney (Paris FC) = 7 000€ par mois

Vous aimerez aussi:  Les entraîneurs les mieux payés de la Ligue 1 en 2019-20

Les plus hauts salaires de l’équipe des Etats-Unis

 Carli Llyod (Sky Blue FC) = 28 750 € par mois
 Megan Rapinoe (Seattle Reign) = 23 300 € par mois
 Alex Morgan (Orlando Price) = 20 800 € par mois
 Lyndsey Horan (Portland Thorns) = 19 600 € par mois
 Christen Press (Utah Royals) = 18 900 € par mois
 Becky Sauerbrunn (Utah Royals) = 18 900 € par mois
 Kelley O’Hara (Utah Royals) = 18 900 € par mois
 Samatha Mewis (North Carolina Sauvage) = 18 250 € par mois




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑