L’impact du COVID-19 sur les équipes et coureurs du World Tour

5 mai 2020 à 16:35 par Thomas

0
Cyclisme Covid-19

Si le cyclisme ne reprend pas sa course en avant, les conséquences seront sévères pour certaines équipes et leurs coureurs, car ils pourraient perdre leur(s) sponsor(s).

C’est un sport qui vit majoritairement des sponsors, et dans ce contexte de crise sanitaire mondiale, l’impact du COVID-19 sur les entreprises a des effets de conséquences sur les équipes cyclistes qu’elles financent, pour celles qui en ont. Elle sont vingt dans le monde élite du World Tour et plus de la moitié d’entre elles trinque, d’après le résultat d’une étude produite par Fuoriclasse, spécialiste de la data du cyclisme pro.

Plus de la moitié des équipes du World Tour ont pris des mesures

Onze équipes ont pris des mesures, selon les pays et les gouvernances. Celles de France (Groupama-FDJ, AG2R La Mondiale, Cofidis) et de Belgique (Lotto Soudal et Deceuninck-Quick Step) ont placé tout ou partie de leurs effectifs (coureurs et staffs) au chômage partiel. Ailleurs, sept équipes ont approuvé ou discutent d’une baisse des salaires des coureurs et de leurs encadrants. Quant à la CCC, marque de chaussures et de sacs polonaise, elle est à ce point impactée, qu’il a été décidé une suspension des contrats de la majorité du staff technique et demandé aux coureurs, de réduire de 80% leur salaire. Les discussions se poursuivraient.

Etude Fuoriclasse

Le rapport entre le budget des équipes et les mesures prises par certaines d’entre elles, montre que ce sont d’abord les plus modestes qui trinquent. – @Fuoriclasse

Les plus petits budgets sont les plus impactés

L’étude remarque que la crise a surtout des conséquences sur les équipes aux budgets les plus faibles. Sur les neuf budgets les plus modestes de la saison 2020, sept ont pris des mesures forcées. « Le cyclisme reste un sport très inégalitaire. Les budgets entre les équipes les plus fortunées et celles les plus modestes peuvent avoir un rapport de 1 pour 6. Il n’est donc pas surprenant de voir les équipes dont les budgets sont les moins élevés prendre des mesures pour préserver leur trésorerie à court terme », précise le fondateur de Fuoriclasse, Olivier Poignard. Qui pense aussi à la suite : « L’absence de course, et donc de visibilité pour les sponsors, risque d’impacter significativement les budgets de ces équipes. Aucun sponsor ne verse la totalité de sa contribution aux équipes le 1er janvier. Les versements sont progressifs. Or, en l’absence d’épreuves cyclistes et donc de visibilité pour les marques, il y a un vrai risque de voir les budgets amputés dans les prochains mois. »

La crise du COVID-19 remet en question l’investissement des sponsors

D’ici à la fin de la saison 2021, 38% des contrats de sponsors majeurs ou de co-sponsors d’équipes arriveront à leur échéance. C’est potentiellement le tiers et plus des teams fragilisés, sachant que certains comme CCC ne sont même plus sûr, d’aller jusque-là.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑

Vous aimez cet article ?
Recevez la newsletter pour ne pas rater les prochains !
S'abonner
Fermer