PSG : Colony Capital rencontre la mairie de Paris…

24 mars 2011 à 10:14 par admin

1

Le Parc des princes

Colony Capital, actionnaire majoritaire du PSG depuis cinq ans, a rendez-vous avec la mairie de Paris, ce jeudi. Enjeu: le bail très longue durée (40 à 60 ans) du Parc des Princes, qu’espère récupérer le fonds d’investissement américain. D’après Le Parisien, la mairie est décidée à mettre la pression dans ce dossier, qui devait d’abord être conclu en début d’année, avant d’être retardé au printemps puis en été.

Colony Capital peut-il perdre le Parc des Princes ?

« On va vite savoir si on a une capacité à conclure ce bail ou pas, dans les deux ou trois semaines qui viennent, indique une source non identifiée à la mairie de Paris, citée par Le Parisien. Si les conditions ne sont pas remplies, ça ne se conclura pas. » Colony Capital peut-il perdre l’affaire ? Probablement pas. Mais la ville pense néanmoins à relancer un appel d’offres ou moderniser le stade elle-même si tel était le cas. Sébadtien Bazin, PDG de Colony, compte lui investir 100 millions d’euros dans le projet.

« On va vite savoir si on a une capacité à conclure ce bail ou pas, dans les deux ou trois semaines qui viennent, indique une source non identifiée à la mairie de Paris, citée par Le Parisien. Si les conditions ne sont pas remplies, ça ne se conclura pas. »





One Response to PSG : Colony Capital rencontre la mairie de Paris…

  1. leclubpuma says:

    Je suis toujours surpris qu'un fond d'investissement qui a pour but de tirer profit de ses capitaux placés soit attiré par un club de foot dont la rentabilité à court ou long terme est loin, trés loin, d'être prouvé. A moins que ce ne soit un rêve de gosse du patron de ce fond, "devenir propriétaire d'un club de foot" pour se donner une vitrine et jouer à football manger grandeur nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut de page ↑