Bayern Munich: Le point sur sa galaxie de sponsors

Posté le 1 mai 2013 par

x3

Mario Gomez - @Icon Sport

Mario Gomez – @Icon Sport

C’est une machine à cash, un club rentable et un modèle économique comme il en existe peu ou pas dans l’univers du foot professionnel. Le Bayern Munich est une référence financière qui a pour principe de base de ne jamais dépenser plus qu’il n’en gagne. Cette rigueur qu’il s’impose doublée d’une stratégie sportive et de communication particulièrement efficace font du club bavarois une vitrine à sponsors prêt à céder pas mal d’argent pour s’associer à son image.

Une trentaine de sponsors associés au Bayern Munich

Au total, le Bayern Munich en compte une trentaine, classés en trois catégories : partenaires principaux, partenaires premiums et partenaires classiques. Récemment, le quotidien sportif L’Equipe nous apprenait que pour être un sponsor dit « principal », il fallait débourser la somme de 25 millions d’euros par an (il n’y en a que 2 : Deutsche Telekom et adidas) contre 5 millions d’euros que versent les partenaires premiums au nombre de onze (parmi lesquels le constructeur Audi, l’assureur Allianz, la marque de boisson gazeuse Coca-Cola…) et 2 millions d’euros pour les dix-neuf sponsors « classiques ».

Deux marques sont même dans le capital du club bavarois

Ensemble, tous ces sponsors pèsent 82,3 millions d’euros (saison 2011-2012) dans la trésorerie bavaroise soit une manne financière considérable, supérieure par exemple, au budget des Girondins de Bordeaux (75M€) cette saison 2012-2013, pourtant le cinquième budget le plus élevé du championnat de France de Ligue 1. Et ce n’est pas tout car deux marques sont entrées dans le capital du Bayern Munich : adidas en 2002 et Audi en 2009 qui détiennent 9% des parts achetées 77 millions d’euros pour l’équipementier sportif et 90 millions d’euros pour le constructeur automobile.

3 réflexions au sujet de « Bayern Munich: Le point sur sa galaxie de sponsors »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.