Chelsea, Manchester City, … Un salary cap chez les Anglais ?

Posté le 4 novembre 2012 par

x0

Roman Abramovich, boss de Chelsea - @IconSport

Roman Abramovich, boss de Chelsea – @IconSport

C’est un accord qui pourrait devenir historique. Roman Abramovich, le propriétaire du FC Chelsea, mais aussi la famille Glazer à United ou même le Cheikh Mansour à Manchester City pourraient bientôt se mettre d’accord sur une sorte de fair-play financier avant l’heure spécial aux clubs de Premier League avec des restrictions notamment en matière de rémunération des joueurs. C’est en tout cas ce qu’affirme le Daily Mail, ce week-end…

La hausse de la masse salariale des clubs anglais serait limitée

Les dirigeants des principaux clubs d’Outre-Manche aimeraient enfin rendre leur business rentable alors que dès l’an prochain, tout ce beau monde se partagera un pactole de droits TV qui devrait approcher 5 milliards d’euros annuel. L’une des principales règles pourrait ainsi consister à limiter la hausse de la masse salariale d’un club à 5% par an. Le genre de mesure qui aurait de quoi surprendre dans un pays aussi libérale que l’Angleterre !

Des points perdus pour les clubs qui perdent le plus ?

Pire (ou mieux, c’est selon), les idées les plus radicales proposent même d’enlever des points dans le classement sportif aux clubs dont la dette dépasserait un certain niveau de chiffre d’affaires ! Une mesure qui ne devrait pas faire l’unanimité de toute le monde néanmoins, surtout du côté de Chelsea ou de Manchester City. Néanmoins, le Dailymail assure qu’il semble y avoir aujourd’hui outre-manche un consensus pour tenter de rendre enfin le business du football rentable pour les propriétaires de club.

Objectif: enfin rendre le football rentable…

Les revenus générés par les prochains droits TV seront conséquents. Les clubs espèrent enfin trouver un système dans lequel les propriétaires pourraient gagner plus d’argent qu’ils n’en dépensent dans le ballon rond. Rappelons qu’en Premier League, les salaires moyens des joueurs ont été multipliés par 20 en 20 ans. Face à la surenchère sur les rémunérations, même les Anglo-saxons semblent désirer une régulation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.