Crash en Argentine: Chronique d’une nuit ordinaire sur les réseaux sociaux

Posté le 10 mars 2015 par

x0

Le selfie des candidats à l'émission Dropped a perdu toute trace de bonheur.

Le selfie des candidats à l’émission Dropped a perdu toute trace de bonheur.

Il était un peu plus de minuit et demi ce mardi au moment des premières dépêches, pour annoncer le crash de deux hélicoptères en Argentine et la mort de « plusieurs français ». Moins d’une heure, les réseaux sociaux s’étaient chargés de fournir le reste des informations. Les plus proches n’ont pas attendu que la presse ne révèle les noms des victimes. Amaury Leveaux, camarade de Camille Muffat en équipe de France de natation a été l’un des premiers à leur rendre hommage.

Le tweet de Sylvain Wiltord qui l’a précédé était encore plus lourd de sens. L’ex-footballeur, candidat au programme, venait d’être éliminé et de rentrer sur Paris.

Mais d’autres ont cédé beaucoup plus vite au « syndrome Martin Bougues » en balançant ça-et-là, des noms de candidats sans bien savoir qui était véritablement présent sur les lieux. Etre le premier sur l’info à cette heure avancée de la nuit, ça ne se refuse pas.

Avant même d’ailleurs que ne soit confirmée leur disparition, les fiches Wikipedia de Camille Muffat, Alexis Vastine et Florence Arthaud avait été modifiée. Avec, comme il faut s’y attendre, de tristes approximations. Comme pour Philippe Candeloro…

Ainsi va la vie sur les réseaux sociaux, entre vérités et dangereuses approximations. Mais il y a pire sous l’effet conjugué des « syndromes » Martin et Christine Boutin.

Car avec l’émergence des sites parodiques du type Gorafi, les occasions de tout avaler se sont multipliées. C’est ainsi que j’ai par exemple récemment appris d’un ami que Dugarry, après ses critiques acerbes contre Monaco, avait été viré de Canal, immédiatement remplacé par Christian Jeanpierre. Chronique d’un jour tout ce qu’il y a de plus ordinaire, sur le web et les réseaux sociaux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.