F1 Ferrari: Les plus gros flops de l’histoire de la Scuderia

6 avril 2012 à 8:37 par Marc Limacher

0
La F1 de Kimi Raikkonen à son epoque Ferrari

La F1 de Kimi Raikkonen à son epoque Ferrari

Depuis 1950, la Scuderia Ferrari est présente dans le championnat du monde de F1. Un total de 103 pilotes ont disposé d’un volant issu de l’usine de Maranello. Tous ces pilotes, durant l’histoire, n’ont pas, bien sûr, pas connu les même succès. Certaines constituent même des flops, parfois retentissants, surtout sur les 35 dernières années. En fonction de leurs salaires, du nombre de Grand Prix qu’ils ont réalisés pour l’équipe et du rendement de victoire sur la période, Sportune a réalisé un classement détonnant et inédit. Le calcul a été réalisé en dollars, en prenant compte de l’inflation par rapport à 2012.

Les flops en F1 de Ferrari dans les années 60

Dans les années 60, le plus gros flop de la Scuderia Ferrari reste le néozélandais, Chris Amon, cumulant entre 1967 et 1969 l’équivalent de 2 millions de dollars d’aujourd’hui en terme de salaire pour zéro victoire. Dans les années 70, le flop de Ferrari s’appelle Jody Scheckter. Le sud-africain a été premier pilote de la Scuderia Ferrari et n’a remporté que 3 victoires contre un total de 5.4 millions de dollars 2012. Mais, l’homme n’est pas le seul. L’argentin Carlos Reutemann était premier pilote Ferrari entre 1977 et 1978 et il a cumulé l’équivalent de 5,6 millions de dollars d’aujourd’hui. A cette époque, Niki Lauda, son équipier double champion du monde, était pourtant relégué par Enzo Ferrari au rang de second couteau !

Ferrari et ses pilotes les plus chers, de Nigel Mansell à Kimi Raikkonen

Les années 80 cumulent une période noire pour l’équipe italienne. Le sud-africain Jody Scheckter, Michele Alboreto et surtout Nigel Mansell ont été des investissements coûteux pour Ferrari, pour quelques victoires seulement. Dans les années 90, un duo français retient l’attention : Jean Alesi a cumulé d’incroyable salaire pour seulement une seule victoire, tandis qu’Alain Prost a été payé trois années, alors qu’il n’a réalisé que 30 GP sur 47. Enfin dans les années 2000, Kimi Raikkonen, malgré son titre de champion du monde en 2007, reste le plus gros investissement et le moins rentable aussi.

Voici les flops de la Scuderia Ferrari en F1, en dollars 2012 par décennie :

Années 1960 à 1970 :

Chris Amon (NZ) – 1967 à 1969 – 2 millions de dollars la victoire

Années 1971 à 1980 :

Jody Scheckter  (AdS) – 1979 à 1980 – 1.8 millions de dollars la victoire

Carlos Reutemann (Arg) – 1977 à 1978 – 1.12 millions de dollars la victoire

Années 1981 à 1990 :

Nigel Mansell (RU) – 1989 à 1990 – 13.4 millions de dollars la victoire

Michele Alboreto (It) – 1984 à 1988 – 4.7 millions de dollars la victoire

Années 1991 à 2000 :

Jean Alesi (Fr) – 1991 à 1995 – 43.5 millions de dollars la victoire

Alain Prost – 1990 à 1992 – 12.2 millions de dollars la victoire

Années 2001 à 2010 :

Kimi Raikkonen – 2007 à 2009 – 27.8 millions de dollars la victoire

Dans le garage de Fernando Alonso, on trouve... une Ferrari FF dernier modèle





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑