F1 – Mercedes et la malédiction des équipes constructeurs…

Posté le 21 décembre 2012 par

x2

Avec le départ mouvementé de Norbert Haug à la tête de Mercedes Sport, le constructeur allemand lançait un message trop bien connu de l’histoire récente de la Formule 1. La marque à l’étoile confirme la malédiction des équipes usines de constructeurs… 

GP Chine - @Iconsport

GP Chine – @Iconsport

Depuis l’avènement des équipes de constructeurs automobiles dans la F1 au début du siècle, une seule d’entre elle a véritablement brillé : Renault F1 Team. En effet, BMW a dépensé entre 2006 et 2009 1 milliard d’euros pour une victoire, Toyota et Honda 3 milliards en 10 saisons et Ford près de 500 millions avec Jaguar entre 2000 et 2004. Mercedes-Benz, après avoir dépensé 1,5 milliards environ entre 1995 et 2009 a racheté l’équipe Brawn pour près de 200 millions d’euros et y investir environ 50 millions chaque année. Pourtant sans résultat, hormis la victoire de Nico Rosberg lors du GP de Chine 2012.

Nick Fry, CEO de l’équipe Mercedes AMG F1 Team a avoué qu’il était moins facile pour une équipe de constructeur de vaincre, principalement pour une question de gestion. Toyota avait le même problème, tandis que Renault avait eu l’intelligence de rendre autonome la partie châssis de l’équipe, afin qu’elle réagisse comme un véritable team de Formule 1. Pourtant l’investissement de la marque française était nettement inférieur à celui de ses rivales, mais le secret est là.

L’an prochain, Mercedes-Benz va investir près de 100 millions d’euros dans son équipe F1, avec Lewis Hamilton et Nico Rosberg au volant de la prochaine W04 et disposera d’un budget de plus de 250 millions d’euros, selon les pré-estimations de l’année 2013, soit le plus gros budget de la F1 l’an prochain. Mais,surtout le team de Brackley va retrouver une autonomie proche de qu’avait Renault F1 Team entre 2002 et 2007, les grandes années de l’équipe…

2 réflexions au sujet de « F1 – Mercedes et la malédiction des équipes constructeurs… »

  1. Marc Limacher Auteur de l’article

    Ferrari est un cas à part dans l’histoire et cela remonte à 1951.

    La Scuderia a longtemps eu une période d’insuccès (1964-1975 par exemple), car elle était un constructeur face à des artisans anglais plus astucieux qu’elle.

    Et Ferrari n’est pas une équipe de constructeur. Elle n’est pas financée (plus aujourd’hui) par le constructeur, c’est juste deux entités qui vivent l’une à côté de l’autre pour le bien être de la marque, avec des synergies d’image.

    Mais cela reste une équipe de course, qui avait les mêmes problèmes dans les années 80/90 lorsque FIAT voulait faire comme Toyota et Honda l’ont fait pour leurs équipes. L’histoire de la malédiction se répète donc, comme vous le voyez…

    Moralité, une équipe de constructeur ne peut gagner que lorsqu’elle est géré comme une équipe indépendante avec ses codes et pas comme une filiale d’un constructeur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.