FIFA vs UEFA : Guerre d’influence sur le dossier des transferts

Posté le 27 septembre 2014 par

x0

Michel Platini et Sepp Blatter ne voient plus les choses sous un même angle.

Michel Platini et Sepp Blatter ne voient plus vraiment les choses sous un même angle.

En pleine annonce de sa candidature à la présidence de la FIFA, Sepp Blatter s’annonce fermement contre le principe de la propriété des joueurs par des tiers. Il y a 6 mois, par un communiqué publié sur le site officiel de l’UEFA, le Conseil Stratégique du Football Professionnel Européen (CSFP) a exprimé son inquiétude concernant le métier d’agent de joueur. En toile de fond, les commissions mais plus encore la régulation qui doit s’opérer sur les transferts. En clair, l’UEFA souhaite interdire l’inscription à ses compétitions de joueur sujets à des dispositions de propriétés par des tiers puisque la FIFA ne l’interdit pas à l’échelle mondiale.

Il y a quelques jours, un autre communiqué annonçait que la nouvelle bataille de l’UEFA était d’en finir avec la propriété de joueur par des tiers. Envisageant, même, selon The Guardian, de prendre des mesures dès la saison prochaine. L’organe du foot européen livre ainsi une nouvelle bataille à la FIFA.

En coulisse, la FIFA est en consultation pour redéfinir le statut des agents. Cela suppose que Jorge Mendes, par exemple, restera le dernier exemple du super agent. Si, en effet, la Fédération Internationale de Football arrive à ses fins, un nouveau système de réglementation à disposition des agents agrées, mais aussi des « intermédiaires/tiers » prendra effet dès le 1er Avril 2015. Concrètement, la FIFA souhaite la dérégularisation mesuré et progressive du métier d’agent.

Déjà en 2009, la FIFA avait mis ce dossier sur la table en souhaitant repenser ce système car 70% des transferts internationaux s’effectuaient par le biais d’agents non licenciés.  Il y a 5 ans, la Fédération Internationale était pour une dérégularisation. Aujourd’hui elle propose d’offrir un cadre plus transparent. Mais c’était sans compter sur l’UEFA de Michel Platini. Aujourd’hui encore, l’UEFA est contre la propriété tiers, alors que la FIFA est pour (hors cadre d’élection).

L’autre point d’achoppement est la rémunération des agents. L’UEFA avait proposé au mois de mars, une commission de 6%, avant que l’Union Européenne vienne y mettre son nez en imposant les 10% conventionnés dans le secteur des agents sportifs. La FIFA avait proposé  il y a deux ans, 3% du revenu brut, comme une recommandation à la surenchère.

La réalité est toutefois bien différente. En Janvier 2013, la FIFA a rapporté que la commission moyenne des agents était de 28% des transactions de transferts. L’effet des propriétés tiers dans le secteur.

Membre de la FIFA, l’UEFA tente de mettre une plus grande pression sur son président Sepp Blatter (qui s’est officiellement présenté pour un 5ème mandat). Si Michel Platini a abandonné (au moins jusqu’à la prochaine campagne) son ambition de devenir président du monde du football, le Français souhaite donc renforcer et même accentuer politiquement la position de l’UEFA.

Ce n’est finalement pas une bataille d’idées que nous avons sous nos yeux, mais une simple bataille d’influence entre deux puissants présidents du football. Comme toute bataille pour le pouvoir dans le sport, l’issue n’en sera peut-être que néfaste pour le ballon rond par manque de prise de décision ou faute d’un compromis qui ne pourra satisfaire personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.