Finale Europa League 2012: L’athletic Bilbao et sa « Masia » basque…

Posté le 9 mai 2012 par

x0

Iker Muniain en joie après la leçon de foot infligée à MU en C3 -- @IconSport

Faire de la formation une base de l’équipe première est l’un des leitmotivs de l’Athletic Bilbao. Le club basque dispute ce soir la finale de l’Europa League 2012 face à l’Atlético Madrid à Bucarest (20h45) et alignera, une nouvelle fois, un XI de départ dans lequel plus de la moitié de l’équipe est issue du centre de formation nommé Lezama. Une particularité saisissante couplée au fait que le club ne forme que des joueurs nés au Pays basque ou d’ascendance basque. Cette stratégie s’est révélée, cette saison, très fructueuse au niveau des résultats et du jeu de Bilbao. Analyse…

Athletic Bilbao consacre 15% de son budget à la formation

A l’instar du FC Barcelone, l’Athletic Bilbao mise énormément sur son centre de formation, l’un des plus anciens d’Espagne. Le club repère ses futures cibles très tôt grâce à un réseau de recruteurs dispatchés aux quatre coins du Pays basque, pour ensuite les former à devenir des cadres de l’équipe première. « Cela représente environ 15% (du budget de l’Athletic, ndlr), entre 8 et 10M€ », s’exclame José Maria Amorrortu, directeur sportif de la formation basque, dans L’Equipe, soit une part importante des 58,7M€ de budget du club (voir les budgets de tous les clubs de Liga 2011-2012). A titre de comparaison, le Barça consacre 4,4% de son budget (480M€) à la Masia, soit 21M€ par saison.

Llorente, Muniain… des pépites qui ont leur prix

Lezama inculque aux nouveaux arrivants les valeurs du club et l’identité basque. « En début et en fin de saison, on nous montre des vidéos qui retracent l’histoire du club et ses victoires », déclare Aymeric Laporte, international français des moins de 18 ans, recruté à l’âge de 15 ans par Bilbao. Une culture qui a fait naître des joueurs de premiers choix, de réels produits finis qui valent leur pesant d’or à terme, à l’image de Fernando Llorente, 27 ans, dont la valeur marchande est estimée à 25M€. Ou encore Iker Muniain évalué à 20M€ à 19 ans seulement, qui incarne le futur du club.

Une gestion des comptes optimale

D’ailleurs, les finances sont gérées de main de maître dans le nord-est de l’Espagne, l’institution basque ne s’illustrant que très peu au niveau des investissements consentis sur le marché des transferts, privilégiant ses fraiches pépites. Ainsi, au dernier mercato estival, seul Ander Herrera fut recruté pour la somme de 7,5M€ à Saragosse. Même constat au niveau des ventes, Bilbao tente de conserver ses meilleurs éléments, sa meilleure cession ayant été Asier Del Horno à Chelsea pour 12M€ (en 2005). A noter que préserver ses meilleurs joueurs sera compliqué cette saison tant ils font l’objet de maintes convoitises.

L’Europa League comme décoration

Enfin, tout comme la Masia, Lezema éduque ses joueurs au beau jeu et au football offensif. Une philosophie parfaitement illustrée par l’entraîneur actuel de Bilbao, Marcelo Bielsa, un tacticien argentin qui a su tirer le meilleur de ses gamins cette saison. 9e en championnat, Bilbao a l’occasion ce soir de montrer un peu plus à l’Europe la qualité de son football et de sa formation. Quoi de mieux qu’un trophée européen pour venir récompenser le travail, non seulement club, mais aussi de tout un pays.

Ecrit par @Marcelo6Martins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.