James Rodriguez, la machine marketing du Real Madrid s’est grippée

Posté le 26 mars 2016 par

x0

JAmes Rodriguez n'arrive pas à séduire les fans et les sponsors autant que le Real Madrid l'espérait. - @Facebook

JAmes Rodriguez n’arrive pas à séduire les fans et les sponsors autant que le Real Madrid l’espérait. – @Facebook

Après une coupe du monde au Brésil flamboyante, la valeur de James Rodriguez avait explosé. Son transfert au Real Madrid parfaitement négocié pour une indemnité proche de 90 millions d’euros. Sa première saison prometteuse laissait entrevoir de belles perspectives, mais la deuxième est une déception pour les dirigeants madrilènes. Pourtant, sur le marché le Colombien illustre bien un type de joueur destiné à générer de la valeur marketing et principalement cela.


Dans le jet privé de Karim Benzema par Sportune

90M€ le transfert de James Rodriguez au Real Madrid

La valeur sur le marché de James Rodriguez était de 60 millions au moment de sa vente durant l’été 2014 mais l’AS Monaco l’a cédé pour 90 millions d’euros. Cette plus-value sur le prix de vente s’explique par le calcul anticipé par le Real Madrid, du prix que le joueur pourrait valoir une fois présent dans ses murs de Santiago Bernabeu. Une logique qui explique la stratégie économico-sportive du Real Madrid depuis quelques temps.  Aujourd’hui sur Transfermarkt, la valeur du joueur est de 80 millions d’euros. Pourtant la maison madrilène souhaite se séparer de l’international colombien voire même, l’échanger avec un autre.

Le concept de la Jamesmania

A l’arrivée du joueur colombien au Real Madrid, le concept marketing de « Jamesmania » s’est installée. L’idée de base était de créer un emballement médiatique artificiel autour d’un transfert à valeur importante. L’équipe dirigeante de la maison blanche ne souhaitait pas reproduire le flou artistique de l’arrivée de Gareth Bale l’année précédente. James Rodriguez est donc devenu un produit médiatique. Cela a débuté par la communication à grand matraquage du concept de « Jamesmania » parmi les mots les plus recherchés sur le moteur de recherche Google. En 48h il s’est dit que 345.000 maillots et même 415.000 exemplaires en 72 heures s’étaient vendus au nom de James Rodriguez. En quelques jours une bonne partie du coût de transfert du joueur avait ainsi été rentabilisé. Sauf que quelques semaines plus tard, adidas a confirmé que les chiffres étaient faux. En réalité les ventes étaient plutôt proche de quelques dizaines de milliers de pièces.

Le Real souhaite construire ses stars pour exploiter son modèle économique

Depuis lors, le plan marketing conçu autour du joueur, le fameux « Jamesmania » n’a pas été suffisant pour rembourser l’investissement du transfert. Pire, le club va perdre de l’argent, environ 60 millions d’après les estimations. C’est donc un échec. Le Real Madrid voulait construire l’image de ses joueurs pour offrir de la valeur et maximiser l’exploitation des 50% de droits d’images dont elle dispose avec ses stars. Une évolution de son modèle économique entrevu il y a 15 ans et pas encore exploité à 100% à ce jour. La seule réussite est l’exemple de Bale qui a pu signer avec adidas un contrat à 5 millions d’euros par an, dès sa deuxième saison avec le Real. Mais pour James Rodriguez, il n’y a pas de sponsors nouveaux en vue d’ici la fin de la saison. Poussant ainsi la logique vers une vente pour essayer de sauver l’investissement.

A lire aussi

Real Madrid – Maillot et short, les images de la future tenue domicile 2016-2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.