L’arbitre de France – Islande à l’Euro 2016 est un businessman, plus riche que les Islandais !

Posté le 3 juillet 2016 par

x0

Björn Kuipers, sa femme et ses enfants à l'inauguration de son premier supermarché. Dimanche, il sera l'arbitre de France - Islande, à l'Euro 2016. - @Tubantia

Björn Kuipers, sa femme et ses enfants à l’inauguration de son premier supermarché. Dimanche, il sera l’arbitre de France – Islande, à l’Euro 2016. – @Tubantia

Ce dimanche, sur la pelouse du stade de France, il sera l’un des acteurs majeurs de l’opposition France – Islande à l’Euro 2016. Björn Kuipers sera l’arbitre central de ce dernier quart de finale du tournoi. Il est le seul néerlandais officiellement qualifié à l’Euro mais à la différence de beaucoup de ses semblables présents en France, lui ne vit pas de l’activité de référé. Du moins a-t-il d’autres business plus juteux.


Le claping islandais après la victoire sur l… par Sportune

De propriétaire de supermarchés à arbitre du quart France – Islande à l’Euro 2016

Diplômé de la branche sanitaire et sociale aux Pays-Bas, Björn Kuipers sévit principalement dans le monde des supermarchés. En 2014, en fin de contrat avec une chaîne concurrente, il se tourne vers le groupe Jumbo pour ouvrir sa première enseigne. D’autres suivront que Björn Kuipers dirige conjointement avec son épouse. Il est aussi le propriétaire d’un salon de coiffure, le Haarstudio à Oldenzaal, à deux pas de l’un de ses supermarchés.

Tous les salaires des joueurs de l’équipe de France à l’Euro 2016

Björn Kuipers est plus riche que les Islandais !

Avec ses revenus tirés de l’arbitrage, grosso-modo un centaine de milliers d’euros par an et différents placements et investissements, le magazine économique néerlandais Quote estime l’ensemble des actifs de l’arbitre du match France – Irlande à l’Euro 2016 à 9 millions d’euros. Sa fortune personnelle est supérieure à celle de tous les joueurs islandais qu’il va diriger, ce soir !

Une histoire qui rappelle celle de Jonas Eriksson

Son histoire n’est pas sans rappeler celle du Suédois Jonas Eriksson, arbitre international présent au dernier Mondial 2014 au Brésil et fondateur du groupe Iec in Sport, spécialisé dans l’acquisition de droits visuels et audiovisuels des grandes compétitions. Millionnaire, Jonas Eriksson, sifflet professionnel depuis plus de 20 ans est souvent bien que plus riche que les joueurs qu’il arbitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.