LOSC – L’évolution de la valeur marchande de Rio Mavuba sur le marché des transferts

10 avril 2017 à 21:00 par Vincent Marchetti

2

Rio Mavuba a valu jusqu’à 10 millions d’euros sur le marché des transferts – @Twitter

Au LOSC depuis 2008, Rio Mavuba est un capitaine fidèle ! A 33 ans,  le milieu de terrain international français compte terminer sa carrière chez les Dogues où il a prolongé jusqu’en 2019. Si grâce au club nordiste, il a franchi un cap en réalisant le doublé, championnat de France et coupe de France 2011, depuis 2015, sa valeur marchande n’a cessé de dégringoler à vitesse grand V selon les données de Transfermarkt.


L'iPhone en or 24k de Divock Origi (Liverpool) par Sportune

La valeur marchande de Rio Mavuba grimpe constamment jusqu’en 2008

Formé aux Girondins de Bordeaux, Rio Mavuba découvre la Ligue 1 dès la saison 2003-2004 sous la houlette de Michel Pavon. Très vite, il s’impose comme un titulaire en puissance aux cotés d’autres jeunes comme Julien Faubert et Marouane Chamak. Ses performances en France ne passent pas inaperçues et il est convoqué par l’équipe de France au bout de sa première saison. Après avoir perdu son statut de titulaire à la fin de la saison 2006-2007 au profit de Pierre Ducasse, Mavuba décide de rejoindre Villarreal. Transféré pour 8 millions d’euros à l’été 2007, sa valeur marchande va bondir pour atteindre 7,5 millions d’euros au mois août. S’ensuit un trou d’air dans sa courbe d’évolution.

Dans le creux de la vague jusqu’à son départ de la Liga

A Villarreal, Mavuba peine à s’imposer et dispute seulement cinq rencontres de Liga dont une titulaire. Ne rentrant pas dans le plan de jeu de l’ancien coach du sous-marin Jaune Manuel Pellegrini, le Français est prêté dès le mois de janvier 2008 à Lille. Sa cote chute ainsi jusqu’à 5 millions d’euros.  Le club espagnol le vend à l’issue du prêt chez les Dogues contre une somme 7 millions d’euros le 1er juillet 2008. Mavuba est revenu via SFR Sport, sur cet échec :  « Ça a été compliqué là-bas. Le coach, Manuel Pellegrini, m’a clairement dit que je n’avais pas été son choix. C’était mon premier transfert. J’ai été naïf. J’ai fait confiance à des agents. »

L’évolution de la valeur marchande de Rio Mavuba sur le marché des transferts. – @Transfermarkt

Il atteint sa plus haute valeur marchande à Lille

C’est dans le Nord, que Rio Mavuba reprend du poil de la bête. Il devient un titulaire en puissance et hérite du brassard de capitaine dès la saison 2008-2009. Il dispute les 38 matchs de Ligue 1 durant la saison 2010-2011 lors du doublé coupe-championnat et en 2011-2012. L’international français est en état grâce. Sa valeur marchande est au pic de sa forme à 10 millions d’euros en août 2012.

Une valeur marchande en chute libre depuis 2015

Si la courbe d’évolution marchande peut baisser en fonction de l’âge, la situation du LOSC  qui se bat pour se maintenir en Ligue 1 n’a pas arrangé la cote de Mavuba. Sa valeur est estimée à 2 millions d’euros en janvier 2017. Dans un entretien accordé, ce dimanche au Canal Football Club, l’ancien entraîneur lillois Frédéric Antonetti a avancé une autre explication : « Quand je suis arrivé, j’ai dit que je voulais retrouver le Rio Mavuba de 2014, et que je voulais l’aider. Simplement, Rio, sous ses allures de gentil garçon, je pense que le football n’est plus son centre d’intérêt numéro 1. » Sans connaître tous les tenants de la brouille qui les oppose, notons quand même que le visuel ci-dessus donne plutôt raison, sur ce point, au technicien corse.





2 Responses to LOSC – L’évolution de la valeur marchande de Rio Mavuba sur le marché des transferts

  1. CHENU Gilbert says:

    quelque soit le motif de leur brouille il faut bien reconnaitre que Mavuba n’est plus ce qu’il a éte et c’est normal et c’est également normal qu’eon ne puisse envisager l’avenir avec lui mais il peut encore rendre de bons services dans une D2 ambitieuse !!!

  2. Anonyme says:

    Antonetti a raison, Mavuba n’a plus de place en L1, tout simplesment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑