LOSC, OL Transfert – Ça coûterait combien de faire signer Eliaquim Mangala (Manchester City) ?

20 novembre 2017 à 18:15 par joachim

0

En manque de temps de jeu à City, Eliaquim Mangala pourrait partir, cet hiver. – @Twitter

Voilà un sujet intéressant que celui du défenseur de Manchester City, Eliaquim Managala, au LOSC où son nom serait ciblé, ou ailleurs à l’OL qui le suivrait également. Le fait est qu’Eliaquim Mangala, tenu au banc par son coach Pep Guardiola, pourrait aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, dès le prochain mercato d’hiver si l’opportunité lui est donnée de trouver du temps de jeu et de se distinguer, avant la sélection finale pour le Mondial 2018. Tous ces éléments rendent possibles un mouvement, mais à combien se négocierait un transfert d’Eliaquim Mangala ? Regardons…

Une valeur marchande en transfert qui a bien diminué depuis son départ à Manchester City

Il y a trois ans et un peu plus, au mois d’août 2014, Manchester City battait un record en indemnité de transfert versée pour un défenseur (depuis il y en a eu d’autres) : 30,5 millions d’euros payés à Porto pour s’adjuger les services de l’international français. Au début, tout allait plutôt bien, c’est avec l’arrivée de Josep Guardiola au club, que le joueur de 26 ans a perdu en influence et responsabilité. Ça a pour effet de diminuer sa valeur marchande en transfert. Désormais, elle avoisine plutôt la moitié de ce que City a réglé, soit une cote estimée à 16 millions d’euros environ. Voire moins, si le club anglais ne veut pas mégoter et permettre à son défenseur de s’épanouir ailleurs. Eliaquim Mangala est encore sous contrat jusqu’au mois de juin 2019, l’intérêt est aussi pour City de le vendre tant que la possibilité est donnée d’en retirer quelque chose, en indemnité financière.

Pour le LOSC ou l’OL ça demanderait des efforts sur le salaire à verser

Après quoi, faut-il aussi prendre en charge le salaire du joueur. A Manchester City, Eliaquim Mangala avoisine les 3,7 millions d’euros la saison, hors bonus. A l’échelle du championnat de France, c’est quelque chose dans la fourchette plutôt haute, en sachant quant même que l’on parle ici d’un joueur au CV plutôt épais, salarié d’un des meilleurs clubs du moment, dans la force de l’âge, à 26 ans et international français à huit reprises. Tout cela valant naturellement quelques efforts, si d’aventure il devait retourner en France. D’autres destinations lui sont aussi envisageables, lui qui sort d’un prêt réussi à Valence, en Espagne, la saison dernière.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑