OL : La victoire ou l’argent, Jean-Michel Aulas doit choisir

Posté le 21 février 2010 par

x0

Avec l’achat de Dejan Lovren en janvier (pour 9,4 millions d’euros), la balance des transferts de l’OL est déficitaire à hauteur de 33,5 millions d’euros cette saison. Un constat qui a poussé cette semaine le président Jean-Michel Aulas, quelques jours après la victoire contre le Real Madrid (1-0) en huitième de finale aller de Ligue des Champions, à tirer la sonnette d’alarme : « le conseil d’administration a décidé de rééquilibrer le solde du trading de joueurs. On va donc en céder un certain nombre, ce que l’on sait bien faire. » Problème : Les seuls footballeurs dont la vente est susceptible de rééquilibrer la balance des transferts des Gones, sont les gros calibres. Un départ de Lisandro Lopez, par exemple, comblerait la quasi-totalité de ces fameux 33,5 millions d’euros de déficit. Sauf qu’avec la perte de ses stars, pas dit que les septuples champions de France puisse rééditer un jour leur exploit de cette semaine à Gerland face aux Galactiques du Real.

Jean-Michel Aulas à l'OL

Jean-Michel Aulas à l'OL

Jean-Michel Aulas se retrouve donc aujourd’hui confronté à un choix décisif pour l’avenir de son club : soit il vend, rééquilibre son budget, mais ne peut plus concurrencer les grands d’Europe ; soit il creuse sa dette en rêvant d’un exploit européen qui ferait alors exploser la valeur de ses joueurs sur le marché des transferts. Un dilemme pas évident. En fait, le seul coup de pouce qui pourrait faciliter la tâche du patron lyonnais dans sa mission de « dégraissage » de masse salariale serait que ses protégés se distinguent l’été prochain au Mondial 2010. L’Olympique lyonnais pourrait alors enregistrer des plus-values conséquentes et minimiser le nombre de départs. Dans cette logique, le cas Michel Bastos semble le plus criant. Selon le JDD de ce week-end, Aulas assure que le Brésilien vaudra le double de sa valeur (20,7M€ actuellement quand même) à l’issue de la Coupe du monde. Une aubaine ? Encore faut-il qu’il soit sélectionné et joue un match avec la Seleçao. L’OL et son président n’ont donc plus qu’à faire les yeux doux à Dunga, le sélectionneur sud-américain, pour qu’il comprenne tous les bien-faits que pourraient apporter Bastos en tant que titulaire dans son équipe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.