PSG, Chelsea, Bayern… Ces partenariats commerciaux qui posent question

Posté le 1 mai 2014 par

x0

Le siège du PSG

Le PSG pourrait être sanctionné en vertu du fait-play financier.

Le PSG connait déjà, selon la presse hexagonale, sa sanction auprès du Fair Play Financier de l’UEFA (on parle d’une dizaine de millions d’euros d’amende). La cause principale étant son contrat avec la Qatar Tourism Autority d’une valeur annuelle de 200 millions d’euros, jugé hors norme par l’instance fédérale européenne. Pourtant ce contrat est l’équivalent moderne de plusieurs accords entendus ces dernières années dans le monde du football. Sportune en fait le bilan.

Le PSG épinglé pour son contrat avec la Qatar Tourism Autority. Sauf que…

Si la Liga Espagnole, sous la pression des institutions européennes lutte âprement avec le trio MediaPro/Real Madrid/FC Barcelone sur les droits TV ibériques. La raison est simple : La fin des privilèges de ces deux clubs et l’uniformisation du modèle de redistribution des droits de la Liga en fonction du résultat. Depuis 10 ans, le FC Barcelone et le Real Madrid ont touché des droits qui ne correspondaient nullement aux marchés (70 millions au départ et 170 millions aujourd’hui). Alors que le champion d’une saison de Premier League touche environ 80 millions d’euros, pour exemple. L’écart trop important soulève pas mal de questions. Depuis 18 mois des discussions stériles sur une nouvelle répartition des droits de la Liga se multiplient et les seuls compromis trouvés demeurent à l’avantage des deux clubs.

Chelsea ne paie ni chauffage ni électricité

Juillet 2012, le club du FC Chelsea signe avec le géant russe du gaz et du pétrole, Gazprom un accord surprenant : la note d’électricité, les déplacements et le chauffage du stade de Stanford Bridge sont assurés par la société basée à Saint-Pétersbourg. On parle d’une note pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros par an, sans qu’une réelle évaluation soit possible. Un détail toutefois le propriétaire du club de Chelsea, Roman Abramovitch a vendu en septembre 2005 72,7% de sa participation dans Sibneft (pétrole) pour 13 milliards de dollars. Il existe des liens entre les deux sociétés. L’oligarchie russe de l’ère Poutine assure en outre des liens forts entre les sociétés autrefois privées et les empires publics.

Le Bayern entre vice et vertu…

Enfin, le Bayern Munich. Très critique envers le PSG avec son budget, le club bavarois est le seul à avoir ouvert son capital à des marques comme Adidas (9.2% du capital pris en 2002 pour 75 millions d’euros) et Audi AG (9% du capital contre 90 millions d’euros). Toutefois, disposant d’un accord avec Adidas comme équipementier jusqu’en 2020, la question est de savoir si l’autorité de la concurrence juge d’un bon œil qu’un équipementier soit actionnaire d’un club qu’il finance en partie. Cela empêche un autre équipementier moralement d’intervenir.

Nike futur sponsor de Old Trafford ?

De la même manière il existe un projet de Nike de devenir le sponsor du stade d’Old Traford. Avec le but de renouveler avec Manchester United sur le long terme. Des pratiques aussi étonnantes que l’accord entre QTA et le PSG. Toutes proportions gardées.

En images, l'incroyable projet de stade crocodile à Bursaspor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.