Real Madrid – Manchester United: La guerre mondiale des équipementiers

Posté le 27 octobre 2012 par

x0

Mesut Ozil - @Iconsport

Mesut Ozil, Real Madrid – @Iconsport

Les prochaines négociations entre Nike et Manchester United autour d’un contrat d’un milliard d’euros sur plus de 10 ans, soit 77 millions d’euros par année, fait écho à la stratégie des deux grands équipementiers qui misent désormais, non plus sur une stratégie régionale, mais mondiale…

Real Madrid – Manchester United, c’est la nouvelle guerre mondiale d’Adidas et Nike

Auparavant, la vie d’un club était simple. Une grand écurie signait avec un équipementier et son rival historique signait avec l’autre grand équipementier. La marque aux trois bandes et celle à la virgule captaient la rivalité historique pour renforcer encore plus leurs combats datant de deux décennies. Le Real Madrid signe avec Adidas ? Le FC Barcelone avec Nike. L’Inter Milan avec la marque américaine ? Le Milan AC sera avec l’allemande. Marseille avec les trois bandes ? Le PSG sera avec une virgule.  Arsenal avec Nike ? Chelsea sera en Adidas. Cette stratégie régionaliste a longtemps fonctionné, mais à partir du moment où Nike signe avec Manchester United en 2000, la donne change.

Manchester United, première marque mondiale de Nike dans le football

Le club anglais est la première véritable marque du football. Sa rivalité régionale est essentiellement et timidement axée d’un côté avec Liverpool et les clubs de la capitale, mais pas au niveau d’un Real-Barca. Avec Manchester United, Nike investit sur une marque mondiale pour plus de 30 millions d’euros par année.

Adidas snobe Manchester City, trop « régional »

Depuis quelques temps, Adidas évolue dans le même univers que son rival. Elle n’a pas voulu s’investir pour devenir l’équipementier de Manchester City (pourtant c’était le moment idéal), abandonne Liverpool et ne cherche plus vraiment à faire de la surenchère régionale. Au contraire, elle discute avec le Real Madrid d’un contrat, lui aussi record pour en faire SA marque mondiale. On parle de 40 à 50 millions d’euros par année. Le contrat avec MU va probablement accélérer les choses et surtout augmenter le prix, par effet mécanique, pour se rapprocher des 60 millions.

Adidas, lui, a le Real Madrid en version mondiale

Le Real Madrid est la deuxième marque du football et la première du clan Adidas, loin devant Chelsea. Se dessine alors un schéma marketing des deux géants de l’équipement pour les 10 prochaines années. Un duel mondial Manchester United – Real Madrid, alimenté par une rivalité à la fois régionale mais à l’impact mondiale entre d’un côté MU et Chelsea et le FC Barcelone –Real. Puis enfin l’ancienne stratégie régionale classique, que nous connaissons depuis longtemps. Un nouveau modèle à prendre en compte pour comprendre comment le contrat Adidas-Chelsea (malgré près d’un millions de maillot vendu par année) n’atteint pas les 27/30 millions d’euros, mais les 20 millions environ. Le signe que la marque allemande n’estime pas que les blues deviennent une véritable marque mondiale, mais un acteur majeur de la planète foot. Il est entendu que du côté des deux Milan l’augmentation ne sera que sensible, mais pas spectaculaire comme pour Chelsea. Un signe qui confirme ce changement de stratégie des deux géants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.