Rencontre avec le créateur de World Gliss, « la première place de marché dédiée aux planches de surf »

Posté le 8 août 2016 par

x0

Julien Martel est l'un des deux fondateurs de World Gliss. - @DR

Julien Martel est l’un des deux fondateurs de World Gliss. – @DR

Ceux qui nous suivent sur Facebook connaissent peut-être son existence. Nous vous en avions brièvement parlé au mois de juin dernier. Cette fois on entre dans les détails de ce qu’est la plateforme World Gliss avec Julien Martel, l’un de ses fondateurs.

Si vous aimez le surf, c’est là qu’il faut aller et si vous n’aimez pas, il serait temps de s’y mettre car la discipline entrera officiellement aux prochains JO 2020 de Tokyo. Quatre ans pour se préparer et décrocher une médaille. Le timing est encore bon.

Le surf, discipline qui explose a sa propre communauté donc ses propres exigences

Du coup, novice ou confirmé, tous les surfeurs sont concernés par cette plateforme de vente en ligne de matériel et principalement de planches, neuves mais surtout d’occasions. Concrètement, Wolrd Gliss c’est une sorte d’ebay du surf, mais à l’attention exclusive de la communauté des surfeurs. Qui a ses propres exigences.

Julien Martel, surfeur lui même s’est associé à Nicolas Drouet, propriétaire d’un surf shop dans la région du Cap Ferret, pour répondre à tous les besoins, qu’ils ont eux même pu relever en tant que pratiquants réguliers. Quatre mois après, les résultats enregistrés dépassent les attentes, confirmant l’idée d’un manque. A priori désormais comblé…

WorldGliss c’est quoi ?
Julien Martel : C’est la première place de marché dédiée aux planches de surf. On s’y retrouve entre passionnés ou débutant afin d’acheter et vendre des planches.

Pourquoi avoir créé ce service ?
Quand il y a trois ans j’ai commencé le surf j’ai voulu très rapidement acheter ma première planche. J’avais un budget limité (ndrl, une planche neuve coute en moyenne 900€) et je me suis tourné vers le marché de l’occasion, sans être sûr de savoir si les planches qui m’intéressaient étaient au bon prix, de bonne qualité et surtout faite pour ma pratique. Quand j’en ai parlé à Nicolas (Drouet, son associé), il m’a confirmé que je n’étais pas le seul dans ce cas, car rien sur le web ne répondaient vraiment à ces besoins.

eBay ou Le Bon Coin n’offraient-ils pas déjà la même chose ?

En quelque sorte si, mais il y a un faible accompagnement du vendeur et de l’acheteur. Pour les acheteurs nous avons développé un moteur de recherche avec un algorithme intelligent leur permettant de trouver la bonne planche lié à leur pratique. Nous allons également mettre en place un conseil humain leur permettant d’être totalement accompagné dans leur décision d’achat.

Pour les vendeurs nous avons mis des outils en place permettant d’avoir l’ensemble des descriptifs produits, pour les professionnels (shaper et surf shop) c’est aussi une vitrine web ou ils peuvent vendre leurs planches d’occasion ou à déstocker, nous investissons en ce moment sur des nouvelles fonctionalités aidant les vendeurs à bien positioner leur produits.

Que représente le marché du surf en France ? Est-il important ?
Il y a 300 000 surfeurs en France et un marché européen de 2milliards de CA dont 24% lié à l’équipement.

Quel profil de personnes visez-vous ?
Tout profil cherchant à acheter ou vendre sa planche de surf.

Quatre mois après le lancement de la plateforme, quel premier bilan dressez-vous ?
Très positif ! 16.000 membres Facebook, 12.000 visites sur le site web une trentaine de ventes dont certaines en Europe! On vient également d’être retenu dans un incubateurs (L’auberge numérique de Bordeaux) cela va nous permettre d’avoir nos propres bureaux et de préparer les prochaines étapes.

Quels sont les premiers retours de vos utilisateurs ?

Excellent, et pourtant nous réclamons tous les feedbakcs constructifs. Mais je crois que les gens apprécient vraiment l’accompagnement que nous offrons. Vendeurs ou acheteurs, ils ne trouvent cela nulle part ailleurs.

Quel sont vos objectifs sur cette première année ?
Nous n’avons pas vraiment fixé d’objectifs initialement, mais nous allons être poussé à le faire, si les ventes continues comme cela!!

Le surf, uniquement où vous envisagez d’étendre la plateforme à d’autres sports de glisses ?
Nous allons déjà bien faire dans le surf et plutôt chercher à lancer une version anglaise, dans un premier temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.