Robin Leproux, président du PSG, menace les contrats de travail des joueurs… Est-ce vraiment utile ?

Posté le 9 février 2010 par

x0

Englué à la 15e place de la Ligue 1, le PSG dispose encore de la Coupe de France pour sauver sa saison. Mais alors que les Parisiens se déplacent à Vesoul, mardi, dans le cadre des huitièmes de finale de l’épreuve, Robin Leproux, président du club, a tenu à mettre les joueurs sous pression. Et comment mieux faire bouger un millionnaire en short qu’en menaçant son portefeuille…« Au moment de négocier d’éventuelles augmentations de salaires, de prolongations de contrat ou des bons de sortie, je saurais me souvenir de ceux qui ont joué contre le club, a-t-il lâché lundi à l’ensemble de l’équipe dans une engueulade en règle de près d’un quart d’heure, selon Le Parisien. Le club est plus important que les joueurs. J’ai été trop gentil jusqu’à maintenant. On ne peut pas impunément tromper le PSG. »

Robin Leproux, président du PSG

Robin Leproux, président du PSG

Voilà au moins qui a le mérite d’être dit. Mais pas sûr que Claude Makelele, qui perçoit, à 36 ans et en fin de carrière, 285 000 € brut par mois (selon les chiffres publiés par Le Parisien en mars 2009), ne se soucie vraiment de ses futures augmentations. Même constat pour Ludovic Giuly, payé 260 000 € brut par mois à 33 ans. Et que dire de Mateja Kezman, rémunéré 250 000 euros brut par mois pour jouer en… CFA. Il faut craindre qu’au PSG, le problème est plus profond qu’une simple petite augmentation.

Sorry, there are no polls available at the moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.