The Mole – La maison Pétrograd

Posté le 21 janvier 2016 par

x0

The Mole, une histoire à cheval entre fiction et réalité à découvrir tous les jeudis sur Sportune.

The Mole, une histoire à cheval entre fiction et réalité à découvrir tous les jeudis sur Sportune.

La neige tombait lourdement sur Saint-Pétersbourg. La température était de -8 degré, encore acceptable à cette époque de l’année. La nuit le thermomètre tombe a -15 ou -20. La ville des Tsars en hiver avait cet aspect magique. Son architecture épousait les éléments qui venaient frapper à la porte du temps. Un écrin brillant dans une Russie assez terne et en contraste avec Moscou très colorée, mais perdant progressivement de son humanité.

– Quelle idée de venir en Russie en Janvier ? pesta The Mole dans le taxi.

La Lada, modèle automobile standard russe datant des années quatre vingt dix était d’un inconfort absolu. The Mole se demandait d’ailleurs si les russes avaient compris ce qu’était une voiture. Le chauffeur ne disait rien. Regardant à travers l’épaisse fenêtre, The Mole voyait la splendeur de la Tour Gazprom, plantée au milieu de nulle part. Illustration de la puissance pétrolière du pays. Les taxis russes ont une tendance à faire de grands détours sous prétexte de contourner des bouchons, augmentant le prix de la course.

La présence à Saint-Pétersbourg de The Mole était essentiellement professionnelle. Son associé Domitri Kombarov souhaitait le rencontrer pour faire le point sur la société Gray Ghost qu’ils avaient en commun depuis quelques années. Depuis plusieurs semaines, The Mole sentait qu’il fallait changer d’approche dans le domaine de l’agence. Il fallait être plus agressif.

L’immeuble District Kalinynsky était moderne à l’extérieur, toutefois le décor dans le hall était typique de la vision du luxe russe hérité des tsars. Marbre clair et foncé au sol, bois clair et lisse pour les meubles et de la lumière naturelle provenant un toit vitrée. Dimitri Kombarov était là, devant sa baie vitrée offrant une vue panoramique sur le centre-ville, la rivière Neva et les différents Palais et musées.

– Comme tu le sais le pétrole est tombé en dessous de 30 dollars. On en arrive à un point qu’il est plus coûteux aujourd’hui de produire le baril que le pétrole qu’il y a dedans, débuta sombre Dimitri.

– L’Iran va entrer dans la danse, ce qui ne va pas arranger les choses, souffla The Mole.

– Et les perdants dans l’histoire ce sont les clubs qui sont sous influence ou sont sponsorisés par les géants du pétrole. Le PSG, Arsenal, Chelsea, Manchester City, Shalke 04 et le FC Barcelone en tête, estima Dimitri qui enchaîna. Gazprom est un géant ici, cependant la baisse des prix va lui faire baisser ses prétentions. Le sponsoring de la Ligue des Champions pourrait sauter. D’ailleurs notre accord initial, au vu des évolutions récentes… je ne pourrais les honorer.

The Mole resta interdit. Il ne s’attendait pas réellement à ce que son ami de vingt ans sombre dans la peur de cette façon. Les deux hommes s’étaient rencontrés en 1997, au moment de la libéralisation des biens en Russie. Une affaire a été rapidement conclue entre eux, The Mole avait aidé Kombarov à obtenir une petite société de pétrole qui avait été rachetée par Gazprom il y a une dizaine d’année, mais duquel il percevait une redevance. L’accord entre les deux hommes était simple : la moitié de ce que The Mole gagnais était pour Dimitri, et en échange, la moitié de ce qu’il touchait de redevance revenait à The Mole. Soit un total de 260 millions d’euros sur une période de vingt ans ; sur le papier car l’accord avait été noué dans le cas d’un prix du baril à 50 dollars minimum.

– Je comprends Dimiti, toutefois je te propose que l’on change notre vision pour Ghost Gray Ltd. Je pense que le moment est venu de devenir plus important.

Kombarov observa attentivement son associé. Il savait que The Mole était un personnage qui n’abandonne jamais. Même si économiquement la situation était difficile, Gray Ghost rapportait plus d’un millions d’euros de bénéfice chaque année, pour un chiffre d’affaire de trois. C’était une affaire rentable et efficace, mais probablement trop petite.

– Tu sais que Jorge Mendes et Doyen Sports sont entrain de vampiriser le marché. Il n’y a plus de place pour les petites structures à l’échelle de l’Europe. Seuls les agents régionaux restant dans leur pays survivront, les autres ne seront que des prêtes noms ou des intermédiaires de petites affaires. Gray Ghost est trop petite aujourd’hui. La dernière fois tu m’as parlé du prochain développement du football en Russie. Il faut que nous soyons plus agressifs et nous devons développer un plan massif pour nous imposer dans le milieu, tonna The Mole.

– Sinon nous allons disparaître, estima Kombarov d’une voix douce.

– Exactement. Gray Ghost est un fond d’investissement et désormais cet aspect est mal vue dans le monde du football. Doyen évolue comme un banquier désormais et Mendes a développé une filière de valorisation pour ses joueurs afin de contourner le règlement FIFA. Il faut trouver une troisième voie.

La rivière Neva était luisante. La lumière des ponts peinaient à se refléter à la surface. Comme si l’or noir l’avait recouverte. Le moment était venu de passer à l’action, estima The Mole. Dimitri Kombarov lui proposa de diner, dans un restaurant chic de la ville. La soirée ne faisait que commencer. Elle promettait d’être luxuriante. Comme à chaque passage de The Mole dans la capitale des Tsars.

A suivre…

The Mole est un essai à la frontière de la fiction et de la réalité. Les personnages ou les lieux sont empruntés au réel, mais les situations de jeu relèvent de l’imaginaire et s’inspirent de l’actualité sportive, du moment. La vraie…

Plus d’infos et de chapitres précédents de The Mole, la série de Sportune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.