Archives du mot-clé bayern munich

Le maillot domicile 2017-2018 du Bayern Munich officialisé

Sortie ce mardi, du nouveau maillot domicile du Bayern Munich.

Retour dans le temps et le glorieux passé du club. Adidas, l’équipementier officiel et historique du club a officialisé, ce jeudi matin, le maillot domicile 2017-2018 du Bayern Munich. Une tenue, largement inspirée de celle portée dans les années 70 par les légendes du club : Beckenbauer, Hoeness et Müller, notamment.


Le nouveau maillot 2018 du Bayern Munich par Sportune

Adidas officialise le nouveau maillot domicile 2017-2018 du Bayern Munich

Sur fond de rouge, avec du blanc en secondaire, par des lignes verticales, au niveau du col, en bout des manches, ou pour marquer les imprimés, du sponsor et de l’équipementier. Les trois bandes distinctives de la marque sont bien présentes, placées au niveau des épaules. Ce nouveau maillot 2017-2018 domicile du Bayern Munich sera porté avec des shorts de couleurs différentes ; en rouge assorti ou noir pour trancher.

Première sortie, le 20 mai prochain en championnat

L’équipementier allemand a aussi produit un court film promotionnel pour accompagner la sortie de cette tenue. Qui sera portée pour la première fois par les joueurs sur le terrain, face à Firbourg, le 20 mai prochain en championnat.

Les 10 transferts les plus chers de l’histoire du Bayern Munich

Javi Martinez reste le transfert le plus cher de l’histoire des Bavarois.-@Twitter

Très actif sur le marché des transferts lors du mercato estival 2016, en recrutant Mats Hummels en provenance du Borussia Dortmund (38 M€), et le jeune milieu portugais Renato Sanches (35 M€) à Benfica, le Bayern Munich compterait poursuivre sur cette lancée, cet été en recrutant l’attaquant d’Arsenal Alexis Sanchez. Les dirigeants du Bayern seraient prêts à débourser près de 65 millions d’euros  pour s’attacher les services du Chilien selon la presse anglaise. Ce montant n’a jamais été atteint dans le passé des Bavarois. En attendant le prochain mercato, la rédaction de Sportune s’est penchée sur les 10 transferts les plus chers de l’histoire du Bayern Munich.


Quand Floyd Mayweather passe à la banque… par Sportune

Le transfert de Javi Martinez reste le plus cher dans l’histoire du Bayern Munich

Les 40 millions d’euros versés à l’Athletic Bilbao pour s’attacher les services Javi Martinez, à l’été de le saison 2012-2013, font de l’international espagnol le transfert le plus couteux des Bavarois. Le précédent record datait de l’exercice 2009-2010, avec l’arrivée de l’attaquant Mario Gomez, en provenance du VfB Stuttgart, contre un chèque de 30 millions d’euros. Il est égalé, une saison plus tard par Manuel Neuer, parti de Schalke 04. Le portier allemand, est d’ailleurs le deuxième gardien le plus cher de l’histoire du foot derrière, Gianluigi Buffon qui a été transféré à la Juventus Turin pour 53 millions d’euros (2001-2002).

Ribéry a été la recrue la plus coûteuse durant deux saisons

Arrivé au Bayern Munich lors de la saison 2007-2008, pour une transaction de 25 millions d’euros versée à l’Olympique de Marseille, Franck Ribéry est resté le transfert le plus onéreux du club de la Bavière jusqu’à la saison 2009-2010. Egalé par Arjen Robben durant cet exercice, le Français a été dépassé, par la suite, par Gomez.

 Les 10 transferts les plus chers de l’histoire du Bayern Munich

  • 10. Arjen Robben ,depuis le Real Madrid (2009-2010) = 25 M€
  • 10. Franck Ribéry, depuis l’Olympique de Marseille (2007-2008) = 25 M€
  • 10. Thiago Alcantara, depuis le FC Barcelone (2013-2014) = 25 M€
  •  8. Mehdi Benatia, depuis  l’AS Rome (2014-2015) = 28 M€
  •  6. Mario Gomez, depuis VfB Stuttgart (2009-2010) = 30 M€
  •  6. Manuel Neuer, depuis Schalke 04 (2011-2012) = 30 M€
  •  6. Douglas Costa, depuis Shakhtar Donetsk (2015-2016) = 30 M€
  •  4. Renato Sanches, depuis Benfica (2016-2017) = 35 M€
  •  3. Mario Götze, depuis le Borussia Dortmund (2013-2014) = 37 M€
  •  3. Arturo Vidal, depuis la Juventus Turin (2015-2016) =  37 M€
  •  2. Mats Hummels, depuis le Borussia Dortmund (2016-2017) = 38 M€
  •  1. Javi Martinez, depuis l’Athletic Bilbao (2012-2013) = 40 M€

Le Bayern Munich (et Adidas) fâchés par un tweet mal inspiré de Rafinha

Non seulement Rafinha devait savoir que le Bayern Munich ne rigole pas sur la com’, mais le bidouillage du défenseur était de surcroît mauvais. – @Twitter

S’il a depuis été retiré son tweet, il en reste l’url, mais surtout l’image coupable, diffusée par Rafinha. En apparence anodine, le défenseur du Bayern Munich relayant un visuel de l’opération Champions Experience à laquelle il doit participer, à l’invitation cet été, de son équipementier, Nike. Son partenaire bavarois Douglas Costa est aussi concerné par l’opération. Seulement tout dans le tweet de Rafinha était mauvais et de nature à froisser son club et par ricochet, Adidas.


La Ferrari 458 Spider de Toni Kroos (Real Madrid) par Sportune

Rafinha fait une (mauvaise) campagne pour son équipementier sur Twitter

C’est d’abord oublier de la part du joueur, qu’il est au Bayern Munich, un club où Adidas est plus qu’un équipementier, c’est aussi un actionnaire à hauteur d’une dizaine de pourcent du capital. Le cas Mario Götze ayant à l’époque fait école, aujourd’hui, la direction du club est sévère avec ceux qui s’écartent des limites de promotion autorisées. Jérôme Boateng l’a lui aussi appris à ses dépens, pour un jogging bien mal porté.

L’image postée par Rafinha pour la promo de la Champions Experience.

Mauvais timing, mauvaise inspiration et montage grotesque

Il y a ensuite le timing du tweet qui n’était pas bon. Posté dans la foulée du titre de champion d’Allemagne gagné ce week-end par le Bayern Munich, l’heure était plutôt aux réjouissances pour tout le monde y compris pour la marque aux trois bandes, largement associée à ce succès. L’image était belle, il fallait qu’elle reste.

Le Bayern Munich sait se montrer sévère avec ceux qui ne respectent pas les règles et celles d’Adidas

Parce qu’enfin il y a le grotesque de l’image. Ça n’a l’air de rien à la première lecture, mais à y regarder de plus près, on comprend vite qu’il n’est pas le produit de Nike, mais le fruit d’un bricolage très mal agencé. Rafinha et Douglas Costa y sont présentés torse en avant dans leurs maillots respectifs du Bayern Munich. Avec le logo d’Adidas bien évidence. Jamais les deux marques ne s’associent aussi franchement sur des promotions. Mais c’est encore Douglas Costa devenu « Douglas Gosta » qui donne la meilleure preuve de l’amateurisme de l’opération. A ce niveau d’exigence optimal et en sachant que les joueurs ne sont pas sans ignorer les règles de communication édictées par leur club, c’était trop pour ne pas forcer le Bayern à réagir et forcer Rafinha à retirer l’objet de son forfait.

Blanc, Antonetti… Ces coachs français libres, à adopter pour la rentrée prochaine

Après avoir quitté le PSG à la fin de la saison 2015-2016, Laurent Blanc est toujours disponible.

La fin de saison approche dans la plupart des championnats européens, et logiquement, il ne devrait plus y avoir d’évictions d’entraîneurs d’ici là. Mais peut-être qu’en vue de l’exercice 2017-2018, certaines équipes comptent repartir avec un nouvel entraîneur. Justement, beaucoup de coachs français sont actuellement disponibles. Comme Laurent Blanc ou Frédéric Antonetti, ils sont nombreux à vouloir reprendre du service.


La Ferrari 458 Spider de Toni Kroos (Real Madrid) par Sportune

Des coachs français libres comme Blanc et Antonetti ont déjà des pistes

Disponible sur le marché des entraîneurs, depuis son départ du PSG à la fin de la saison 2015-2016, Laurent Blanc a préféré prendre une année sabbatique avant de retrouver un banc. Son expérience, lui permet d’être convoité davantage à l’étranger en Espagne et du côté de l’Angleterre entre autres. Le FC Barcelone et le FC Séville penseraient à lui, tandis que outre-Manche, un possible départ d’Arsène Wenger de Arsenal, pourrait faciliter sa venue. A plus petite échelle, le technicien corse Frédéric Antonetti, qui a été limogé du LOSC en novembre 2016, a formulé parmi ses souhaits, de revenir au SC Bastia. La piste est plausible dans la mesure où le club insulaire devrait être en chantier à la fin du championnat, avec une probable rétrogradation en L2.

Certains peuvent également prétendre un banc à l’étranger

Parmi les coachs français libres, certains ont eu des expériences à l’étranger qu’ils peuvent valoriser. Débauché en février dernier de Wolfsbourg, Valérien Ismaël est passé précédemment par Nuremberg en Ligue 2 allemande. Philippe Montanier a lui voyagé en Espagne au Real Sociedad et du côté de l’Angleterre à Nottingham Forrest (D2 anglaise) où il a été remercié (janvier dernier). Rémy Garde a également vécu, après trois ans sur la banc de l’Olympique Lyonnais, une aventure en Angleterre, à Aston Villa lors de la saison 2015-2016.

D’autres ont le profil pour dépanner un club qui joue son maintien en Ligue 1

Frédéric Hantz a la cote dans ce registre après avoir maintenu Bastia dans l’élite du championnat de France et celui du MHSC à la fin de l’exercice 2015-2016. Aujourd’hui consultant à RMC, Rolland Courbis troque régulièrement depuis quelques années le costume de consultant pour le survêtement d’entraîneur. Considéré comme un spécialiste des missions commandos pour maintenir un club en Ligue 1, son profil peut correspondre à des clubs de petits budgets. S’il n’est pas forcément l’entraîneur le plus actif dans ses recherches il est à l’écoute des opportunités. Tout comme René Girard qui serait prêt à relever un nouveau challenge, mais qui dit aussi se complaire, dans son jardin d’oliviers, avec sa famille.

Ceux qui ont besoin de se relancer au plus vite

Willy Sagnol n’a connu qu’une seule expérience en tant que coach à Bordeaux. Débauché en mars 2016, après avoir signé un contrat de trois ans chez le Girondins,  Il a besoin de retrouver un club au plus vite pour s’aguérrir.  Sylvain Ripoll est également dans le même cas. Il devient entraîneur numéro 1 du FC Lorient dès la saison 2014-2015. Il a été limogé au cours de l’exercice 2016-2017 au mois d’octobre. il cherche certainement à relancer sa carrière en Ligue 1 ou dans une division inférieure…

Bayern – Real : L’immatriculation du bus bavarois, un message aux madrilènes ?

L’immatriculation du bus du Bayern fait réagir au Real Madrid. – @Twitter

Si le diable se cache dans les détails, c’est sur un bus que les Madrilènes ont trouvé le vice. Ce mercredi soir, le Bayern Munich affronte le Real Madrid, en quart de finale de la Ligue des champions. Comme avant chaque match, les joueurs et le staff prendront le bus pour se rendre jusqu’à l’Allianz Arena. Que du très banal jusqu’ici, seulement en Espagne, on voit malice sur l’immatriculation de l’appareil en question.


Cristiano Ronaldo teste la Bugatti Chiron par Sportune

RM 2001, l’immatriculation du bus du Bayern Munich

C’est qu’en effet la plaque indique les lettres « RM » et les chiffres « 2001 ». Ça ne vous dit rien ? Les Merengues eux, le traduisent par Real Madrid et l’année 2001 qui renvoie à la dernière élimination du club merengue, par le Bayern Munich. A l’époque, les Allemands avaient gagné 1-0 sur la pelouse du stade Santiago-Bernabeu puis avaient achevé le travail, au retour à domicile (2-1).

Depuis 2001, le Bayern fait choux blanc face au Real Madrid

Depuis, les deux équipes se sont recroisés, en matchs à élimination directe et le Real s’est toujours qualifié. La dernière fois, en 2014, en demi-finale de la Ligue des champions, les Merengue avaient gagné l’aller 1-0 et le retour, sans coup férir 4-0.