Archives du mot-clé bayern munich

Le maillot third 2017-2018 du Bayern Munich [OFFICIEL]

Ce maillot third du Bayern Munich a été imaginé par un jeune fan de 15 ans.

La fin de la présentation sur Sportune, des maillots third adidas, des équipes pour qui l’équipementier aux Trois bandes a déployé son dispositif Creator Studio, en offrant aux fans des équipes, le plaisir de designer la tunique de leur choix. L’opération, d’une saison, s’est achevée par une série de votes dont voilà le résultat final, du maillot third 2017-2018 du Bayern Munich.

Un maillot third 2017-2018 simple mais élégant pour le Bayern Munich

C’est le projet d’un jeune israélien de 15 ans qui a gagné, son modèle est épuré, le plus simple (mais pas le moins beau), des clubs concernés par cette opération. Il est blanc pour la couleur dominante, teinté du rouge iconique du club bavarois. Du rouge au bout des manches, pour les trois bandes de la marque, sur le haut des épaules et d’autres bandes en verticale, en fondu qui s’efface sur le blanc, en descendant.

Short et chaussettes assortis en blanc

Les logos de l’équipementier et de l’opérateur germanique qui sponsorise le club sont floqués en gris clair. Cet ensemble est porté avec un short et des bas blancs et un peu de rouge en bout de chaussettes.

Le salaire de James Rodriguez au Bayern Munich

Le salaire de James Rodriguez sera pris en intégralité en charge, par le Bayern Munich.- @Twitter

Finalement, James Rodriguez a quitté le Real Madrid. Pas définitivement, mais c’est presque tout comme, quand bien même le club merengue a pris ses dispositions avant de lâcher son joueur, en prolongeant d’un an son contrat. Reste qu’il a prêté son international colombien en Bavière, pour deux ans, avec une option d’achat. Le salaire de James Rodriguez au Bayern Munich sera pris en charge intégralement, par le club d’Ancelotti.

Le Bayern Munich va prendre en charge l’intégralité du salaire de James Rodriguez

C’est ce qu’indique Marca, à savoir que sur les deux saisons du prêt, le club champion d’Allemagne assumera les 10 millions d’euros l’exercice, que le milieu de terrain avait en Espagne. Le Bayern Munich paiera, en outre, une rente annuelle de 5 millions d’euros au Real Madrid, en guise de frais liés au transfert. Au bout des deux ans de prêt, il pourra s’il le souhaite, lever l’option d’achat, fixée à 35, 2 millions d’euros.

Le Real Madrid a pris le soin de prolonger le Colombien, avant de le prêter

Comme le Real Madrid a quand même payé 85 millions d’euros, le transfert du joueur, depuis l’AS Monaco en 2014, le club merengue a assuré ses arrières, avant de le laisser partir. James Rodriguez a ainsi prolongé d’une saison de plus, de 2020 à 2021, l’échéance de son contrat. S’il doit ainsi rentrer à Madrid à l’issue de l’expérience au Bayern, il ne sera ainsi pas libre dans les six mois qui suivront son retour. Ça laissera le temps aux Blancos, de se retourner, le cas échéant.

Real Madrid – Pourquoi James Rodriguez a prolongé avant de partir au Bayern ?

James Rodriguez est parti deux ans, en prêt au Bayern. Mais avant, le Real Madrid a pris ses précautions… – @Twitter

C’est l’un des transferts de l’été, même sans le versement d’une monstrueuse indemnité, toutefois possible à l’issue des deux ans. James Rodriguez a quitté le Real Madrid de Zidane, pour le Bayern Munich d’Ancelotti, son ancien coach chez les Merengue. Mais avant, l’international colombien a prolongé son bail, avec le club champion d’Europe.

James Rodriguez a quitté le Real pour le Bayern. Mais pas sans prolonger avant

C’est Marca qui l’explique, James Rodriguez avait un contrat à l’expiration de la saison 2019-2020 au Real Madrid. Avant qu’il ne parte en Bavière, son club l’a prolongé d’une saison de plus, à l’horizon du mois de juin 2021. Pourquoi ? Quel intérêt pour Madrid de signer plus longtemps un joueur dont le club ne veut a priori plus ? La raison est stratégique, autant que financière. Si, au bout des deux ans, soit en 2019, le Bayern Munich ne souhaite pas lever l’option d’achat du joueur, ce dernier rentrera au Real Madrid.

Si le Colombien doit rentrer au Real Madrid, le club pourra se retourner

Or, dans le foot, un an ou deux de contrats changent pas mal de choses. Un joueur à qui il ne reste qu’un an de contrat est libre de négocier ailleurs, dans les six derniers mois de son bail. Et ce, sans que le club qui l’emploie ne puisse s’y opposer, ni recevoir une quelconque indemnité. James Rodriguez ayant quand même coûté la bagatelle de 85 millions à Florentino Perez, en 2014, le président des doubles champions d’Europe en titre, ne trenait surement pas à perdre toutes ses plumes dans l’affaire.

Un prêt de deux ans, avec une option d’achat au bout

Il est plus sûr ainsi, de rentrer dans ses comptes. En sachant pour finir, que selon le journal Bild, le Bayern Munich va verser 5 millions d’euros annuels, sous forme de frais liés au prêt. Après quoi, au bout des deux ans, il aura la priorité d’un achat, à 35,2 millions d’euros, le coût estimé de l’option.

Corentin Tolisso a fait une « Götze » dès son 1er jour au Bayern Munich

Corentin Tolisso à sa présentation à la presse, avec un short Nike. Au Bayern Munich, c’est très mal vu…

La boulette – car c’en est toujours une de la part d’un joueur fraîchement débarqué au club -, porte le nom de Mario Götze car l’international allemand fut le premier (ou le plus médiatisé) à l’expérimenter. Faire une « Götze », au Bayern Munich, c’est s’afficher sur la scène publique, en présence des médias internationaux, vêtu d’autres choses que de vêtements adidas. Idéalement porter du Nike, la marque concurrente.

Au Bayern Munich, les « Virgules » sont proscrites aux cérémonies officielles

Soit très exactement ce qu’a fait Corentin Tolisso, le jour de sa présentation au Bayern Munich, après que le club bavarois eut payé 41,5 millions d’euros l’indemnité de son transfert, à l’Olympique Lyonnais. Le joueur le plus cher de l’histoire du club s’est donc pointé avec le maillot bavarois en haut, mais un bermuda gris, facilement identifiable, comme appartenant à son équipementier personnel Nike.

Mario Götze le plus célèbre à braver la règle

Et alors, nous direz-vous, les joueurs ne sont-ils pas libres de porter les fringues de leur sponsor ? Ailleurs peut-être, mais au Bayern Munich, c’est un peu plus compliqué. Car Adidas, n’est pas qu’un simple fournisseur du club, c’est aussi l’un de ses actionnaires ; la marque aux trois bandes distinctives possédant 10% environ du capital du club. Tout vêtement d’une autre marque doit être autant que possible proscrit, sinon ne faut-il pas en montrer le logo. C’est encore plus vrai le jour d’une présentation officielle. Le cas de Tolisso restant quand même plus confidentiel que Mario Götze (qui avait osé le tee-shirt avec une virgule et Nike écrit en énorme sur la poitrine), il est toutefois bien certain que la remarque lui aura été faite, par sa nouvelle direction.

Le transfert de Tolisso rapporte gros à un club de District

Grâce au transfert de Corentin Tolisso, le Football club du Pays de L’Arbresle va doubler son budget. – @Twitter

Par effet de ricochet, en vertu de la contribution solidaire imposée par la FIFA, le Football club du Pays de L’Arbresle (FCPA) va toucher le jackpot. Corentin Tolisso, que le club a formé de 2004 à 2007, avant qu’il ne parte pour l’Olympique Lyonnais a quitté le club des Gones, pour rejoindre le Bayern Munich en Allemagne. Moyennant une indemnité de transfert de 41,5 millions d’euros.

100.000€ au FCPA, grâce au transfert de Corentin Tolisso au Bayern Munich

Selon la contribution de solidarité donc, 100.000 euros vont revenir au FCPA, selon les informations du Progrès. Qui a pris la température au club amateur, où la somme équivaut à doubler le budget du club (à 130.000 euros). L’argent servira principalement à pérenniser les emplois, car ce club donne plutôt vocation à se tourner vers la formation, présents dans toutes les catégories, jeunes et séniors niveau District, avec aussi des équipes féminines.

Une juste récompense pour tous les clubs qui posent les graines de champions

C’est donc un juste retour, ici pour le Football club du Pays de L’Arbresle, mais pour d’autres comme lui, qui donnent les premiers émois de footballeur, à de jeunes talents qui s’ignorent encore. Sans eux pas de joueurs stars, grâce leur soit donc rendu avec cet argent de la providence. Corentin Tolisso lui, ne les oublie pas…