Archives du mot-clé fc metz

FC Metz – Combien ça coûte de remercier Philippe Hinschberger ?

Depuis la défaite de Metz contre Dijon, Philippe Hinschberger n’est plus l’entraîneur des Lorrains. – @Facebook

Il se savait sous surveillance, ses jours comptés aux deux derniers matchs de championnat. Si le FC Metz ne les gagnait pas, un au moins, Philippe Hinschberger serait débarqué. C’est précisément ce qui s’est joué, ce week-end en Loraine. Battu à domicile, de surcroît par Dijon (1-2), un rival au maintien, le technicien de 57 ans a rendu son tablier à la demande de sa direction. Il est le premier technicien de Ligue 1 limogé cette saison. La séparation a forcément un coût, mais elle devrait se décider en bonne intelligence entre tous les acteurs.

Philippe Hinschberger remercié, le FC Metz devra compenser son éviction

Selon le journal L’Equipe, près d’un millions d’euros brut devrait revenir à Philippe Hinschberger, en compensation. Fort du maintien décroché à l’issue de la saison dernière, ce dernier avait prolongé son contrat dans l’été, d’une saison de plus, avec une autre en option. Il avait pour mission de maintenir une saison de plus le club messin dans l’élite, ce à quoi il a jusqu’ici échoué puisque le club grenat est présentement dernier de Ligue 1, avec un seul succès au compteur, après 10 journées. Selon L’Equipe, l’ex-coach de Montpellier, Frédéric Hantz serait susceptible de le remplacer.

PSG, OM, OL, LOSC… Détail de la balance commerciale des clubs de Ligue 1 sur ce mercato

Sur le front des ventes ou des achats, l’AS Monaco a dynamité ce marché des transferts d’été. – @Twitter/ASMonaco

C’est surement le mercato d’été le plus dingue de l’histoire du foot. Avec des records battus en pagailles, de joueurs les plus chers sur la plupart des lignes, des meilleures ventes ou des plus grosses dépenses… Et les clubs de Ligue 1 n’y sont pas étrangers, du Paris SG avec Neymar et prochainement Mbappé, à Monaco et l’OL chacun ayant jusqu’ici réalisé des bénéfices monstrueux grâce à la cession des joueurs. L’OM ou le LOSC à des degrés un peu moindres comptent également pour acteurs influents.

L’OL et Monaco sont plus que positifs. Le PSG, le LOSC et l’OM ont les balances les plus déficitaires

Dans un sens, la moitié tout pile des équipes de la Ligue 1 ont une balance commerciale excédentaire, avec des recettes tirées des ventes, supérieures aux achats. Les champions ont l’a dit, sont monégasques et lyonnais. Ils sont respectivement à plus 75,5M€ et +70,75M€ sur ce marché des transferts de l’été 2017. Metz (Sarr, 17M€), Montpellier (Boudebouz, 13M€), Dijon (Diony, 10M€), Angers (Pepe, 10M€) ou Toulouse (Braithwaite, 11,3M€) ont tous tiré au moins 10 millions d’euros du départ d’un seul joueur ; la plupart ont à cette occasion réalisé leur meilleure vente historique.

La moitié des clubs de Ligue 1 ont des balances en transferts positives sur ce mercato d’été

La surenchère de ce mercato provoque forcément chez d’autres des déséquilibres dans les comptes. Le PSG mis à part, qui évolue dans une autre sphère, c’était attendu qu’à Marseille ou à Lille l’été soit dépensier, dans la mesure des enveloppes fixées par chacun. Pour l’OM, le ratio achats/ventes est à moins 44,5 millions d’euros. Un peu plus au LOSC, à 52,9 millions d’euros. L’ASSE ou le Stade Rennais, deux clubs d’ordinaire prudents ont plus cédé à la tentation cet été ; les Verts sont à moins 7,3 millions d’euros de balance en transferts et les Bretons, à 20,9 millions d’euros. La suite et les détails est à découvrir dans le tableau récapitulatif de la Ligue 1, en page suivante. En rappelant, pour conclure, que le mercato s’achève demain jeudi, à minuit.

La balance commerciale des équipes de Ligue 1 sur le marché des transferts 2017-2018

Club Dépenses Recettes Balance en transfert
AS Monaco 102M€ 177,5M€ +75,5M€
Olympique Lyonnais 48,5M€ 119,25M€ +70,75M€
FC Metz 0€ 22,6M€ +22,6M€

Voir le tableau complet en page 2

Pages: 1 2

Les budgets de la Ligue 1 en 2017-2018

Cette saison 2017-2018, le budget moyen de la Ligue 1 dépasse les 90M€.

Elle progresse la Ligue 1. Avec l’arrivée de nouveaux investisseurs, celle attendue de Neymar et les embauches d’entraîneurs aux CV prestigieux, en plus de recettes commerciales et audiovisuelles augmentées : les clubs de l’élite du foot français s’élèvent tous dans leur ensemble. La preuve étant qu’au classement des budgets de la Ligue 2017-2018, tous ou presque sont en augmentation et notamment ceux des clubs les plus riches que sont le PSG, l’OL, l’ASM, l’OM ou le LOSC. Tandis que ceux de l’ASSE et du TFC sont en baisse. Les seuls sur cette nouvelle saison.

Le PSG écrase la concurrence avec son budget deux fois supérieur à celui de l’OL, dauphin

Conséquence logique, le budget moyen a augmenté, de près de 9 millions d’euros (à 90,6M€), plus ou moins d’autant, qu’il avait déjà progressé l’exercice d’avant. Comme à chaque saison depuis que le Qatar est aux commandes, le Paris Saint-Germain joue hors catégorie. Avec un budget de fonctionnement jamais atteint, de 540 millions d’euros ; en hausse de 40 millions d’euros, d’une saison à l’autre. Cela sans Neymar inclus, qui devrait bouleverser les chiffres et les prévisions établies. Suit l’Olympique Lyonnais, qui profite des premiers bénéfices de l’entrée dans son Parc OL, récemment devenu le Groupama Stadium, sous l’effet du naming. Les Gones ont un budget de 240 millions d’euros.

Monaco et l’OM ensemble, le LOSC a le budget moyen de la Ligue 1, 2017-2018

L’AS Monaco et l’Olympique de Marseille suivent ; les Phocéens ont plus de ressources financières et de nouvelles perspectives de business, depuis que le club a changé de main, passant de Margarita Louis-Dreyfus, à l’homme d’affaire américain, Frank McCourt. Le budget du club phocéen avoisine les 180 millions d’euros, pour cette saison 2017-2018 de Ligue 1. Le LOSC, juste derrière a l’équivalent tout pile, du budget moyen du championnat. Pour d’autres, les chiffres sont annonciateurs de plus de difficultés à venir, les promus Strasbourg (30M€), Troyes (26M€) ou Amiens (26M€), principalement

Comme Guingamp et Angers, les petits budgets font parfois de grandes choses

Ils ne sont pas les seuls en ballotage plutôt défavorable, le SCO Angers (28M€) et l’En avant de Guingamp (26M€) sont dans une même position, mais eux ont prouvé, ces dernières saisons, qu’ils avaient de la suite dans les idées et d’autres ressources que financières pour durer au sommet.

Tous les budgets de la Ligue 1, en 2017-2018

club budget 2017-2018 évolution sur un an
Paris SG 540M€ +40M€
Olympique Lyonnais 240M€ +5M€
AS Monaco 180M€ +35M€

Tous les budgets 2017-2018 de la Ligue 1 sont à voir en page suivante

Pages: 1 2

ASSE, OM, LOSC, RC Strasbourg… Combien d’abonnés ont les clubs de Ligue 1 ?

L’Olympique de Marseille a récemment franchi la barre des 28.000 abonnés au stade Vélodrome. – @Twitter

Il n’est encore pas trop tard pour s’encarter. La saison 2017-2018 de Ligue 1 reprend le 4 août et la majorité des clubs proposent encore à leurs supporters, des abonnements dans les stades, parfois jusqu’à la fin du mois d’août. De l’importance de compter sur la fidélité des fans, les équipes battent le rappel, certaines ont donné les chiffres des tendances, pris différemment au cours du mois de juillet. Comprenons, donc que pour l’OM, l’ASSE, ou le LOSC dans liste des clubs qui en ont le plus, tout peut encore changer.

L’OM de Jacques-Henry Eyraud revendique plus de 28.000 abonnés au Vélodrome

L’Olympique de Marseille justement, est à plus de 28.000 abonnés. Très exactement 28.085 au 19 juillet dernier, tel que révélé par le président Jacques-Henri Eyraud, en marge de la présentation d’Adil Rami. C’est très probablement moins qu’au PSG, qui en avait 34.000 la saison dernière, peut-être plus que l’Olympique Lyonnais, mais ni le club de la capitale, ni celui des Gones n’ont communiqué sur le sujet. Sur d’autres pelouses, la campagne est excellente pour l’OGC Nice. Au début du mois de juillet, ils étaient 10.000 à s’être abonné à l’Allianz Riviera. Il est possible que le GYM batte les 11.500 encartés de la saison dernière.

Strasbourg passe les 10.000 abonnés pour son retour parmi l’élite

Elle est tout aussi excellente à Strasbourg. Mi-juillet ils étaient plus de 10.000, à vouloir suivre à la Meinau, la saison du RSCA. Rappelons-nous que Strasbourg, relégué en CFA2 (5e division du foot français), en 2011-2012 avait un noyau dur d’au moins 6.000 supporters par match ; l’engouement du public alsacien pour son club de retour en Ligue 1 n’a donc rien d’étonnant. Strasbourg, s’offre aussi une première victoire régionale. Car bien après que le club alsacien eut franchi la barre symbolique des 10.000, le FC Metz voisin a communiqué le nombre de 9.000 abonnés au stade Saint-Symphorien.

L’ASSE se stabilise, le LOSC et sa nouvelle équipe sportive et dirigeante aussi

Remarquable encore, l’engouement du public du Roudourou pour l’En Avant de Guingamp. Comme la saison dernière, le club breton devrait franchir la barre des 10.000 abonnés, pour une ville (hors zone urbaine), de moins d’habitants. Sinon, la tendance est plutôt au maintien, à Saint-Etienne qui revendique 13.000 adhérents (ils étaient 15.000 environ, la saison dernière), ainsi qu’à Lille, où « l’effet Bielsa » n’est pas « dingue » jusqu’ici. Au 19 juillet, le LOSC disait avoir vendus 20.000 cartes. Ça reste encore 2.000 de moins que la saison dernière, mais le club nordiste étend sa campagne, jusqu’à la fin août. Le temps pour El Loco et ses joueurs de tenter de séduire le public.

Estimations du nombre d’abonnés aux clubs de Ligue 1, au mois de juillet

  • Olympique de Marseille = 28.000
  • Lille OSC = 20.000
  • AS Saint-Etienne = 13.000
  • RC Strasbourg = 10.000
  • EA Guingamp = 10.000
  • OGC Nice = 10.000
  • FC Metz = 9.000
  • FC Nantes = 5.000
  • Montpellier HSC = 5.000

OM, LOSC… Tranfert – Ça coûterait combien de signer Ismaïla Sarr (FC Metz) ?

Ismaïla Sarr est dans le viseur de nombreux clubs. – @Twitter

L’Olympique de Marseille en plus des autres. Le journal La Provence fait part de l’intérêt du club phocéen pour l’attaquant du FC Metz, Ismaïla Sarr. Mais il n’est pas le seul, déclarés plus tôt, le Stade Rennais ou le Lille OSC notamment suivent de près, le joueur de 19 ans. La cour est peuplée, autour de l’international sénégalais, cela a pour effet de faire grimper les enchères. Un transfert d’Ismaïla Sarr est tout ce qu’il y a de plus envisageable pour les clubs cités, au standing supérieur au FC Metz. Seulement faudra-t-il y mettre un certain prix. Pour l’OM, le LOSC, le Stade Rennais et les autres, ça coûterait combien de recruter le buteur messin ? Analyse…


La Ferrari 458 Spider de Toni Kroos (Real Madrid) par Sportune

Le FC Metz réclame 15M€ pour son joueur qui en vaut un peu moins sur le marché des transferts

Le FC Metz voudrait au moins 15 millions d’euros environ d’indemnité, pour se séparer de son joueur, au club depuis 2016 et sous contrat jusqu’en 2021. Surement les vaudra-t-il un jour dans sa carrière encore en devenir, mais présentement, c’est plus cher qu’il n’est estimé en valeur marchande. Une dizaine de millions d’euros seraient plus appropriés, mais c’est sans compter sur la concurrence grandissante, pour celui qui a marqué cinq buts pour une passe décisive avec le promu, la saison 2016-2017 dernière. Selon La Provence, le Stade Rennais aurait proposé 12 millions d’euros, mais l’offre aurait été retoquée par des dirigeants lorrains manifestement inflexibles.

Un salaire que peuvent assumer les courtisans parmi lesquels l’OM, le LOSC ou le Stade Rennais

Les négociations seront peut-être moins serrées sur le salaire, sauf si le joueur et son entourage font montre d’autant de gourmandise que le FC Metz. Chez l’ancien promu, Ismaïla Sarr émarge grosso-modo, au salaire moyen du vestiaire grenat, à près de 20.000 euros bruts mensuels. Cela n’a rien d’insurmontable pour les équipes qui s’y intéressent, c’est deux fois inférieur au salaire moyen du championnat de France de Ligue 1. Mais il est bien évident qu’en prenant autant de grade, l’attaquant sénégalais va réclamer une augmentation de ses revenus. Reste à savoir à quel point elle sera conséquente, surement conditionnée à la durée de son contrat, qui devrait être d’au moins quatre ans.