Archives du mot-clé losc

L’énorme salaire de Marcelo Bielsa au Lille OSC

Marcelo Bielsa est l’un, sinon le coach le mieux payé de la Ligue 1, 2017-2018. – @Facebook

En reprenant le LOSC, le 26 janvier dernier, Gérard Lopez et son bras droit Marc Ingla ont misé tout ou partie de leur projet sportif, sur le seul Marcelo Bielsa. L’entraîneur argentin a reçu les clés de la maison des Dogues, avec la charge de valoriser l’existant et les recrues à venir. Cette confiance donnée à El Loco se traduit également sur la fiche de paie. A comprendre les informations du journal L’Equipe ce lundi, le salaire de Marcelo Bielsa au LOSC est (très) conséquent, à l’échelle de la Ligue 1.

Le salaire de Bielsa au LOSC est l’un des plus élevés de Ligue 1. Mais ses adjoints sont compris avec

Il avoisinerait en effet les 500.000 euros net mensuels. Soit une saison à près de 7,7 millions d’euros bruts, cela fait de l’ancien stratège marseillais, le coach le mieux payé de la Ligue 1. Bien au-dessus d’Unai Emery au PSG, à près de 5 millions d’euros brut, l’exercice. Seulement, précise L’Equipe, ce salaire de Marcelo Bielsa englobe aussi tous ses collaborateurs direct. Ils sont au nombre de quatre : trois adjoints que sont Diego Reyes, Diego Flores et Pablo Quiroga, plus Gabriel Macaya pour la préparation physique.

Plus chère serait la séparation si elle devait avoir lieu avant 2019 et la fin du contrat de Bielsa

Marcelo Bielsa et ses « Mousquetaires » ont signé un contrat de deux ans, cet été, à l’échéance de la fin de la saison 2020-2021. Après 11 journées de Ligue 1, leur avenir est déjà remis en question puisque le LOSC occupe une fâcheuse 19e place en Ligue 1. Les remercier coûterait toutefois très (trop) cher à la direction du club nordiste. L’Equipe a fait les comptes, à ce stade précis de la saison, la facture pourrait s’élever à 14 millions d’euros.

OM, PSG, LOSC… Dans le Onze des joueurs « placardisés » en Ligue 1

Comme Rod Fanni, Henri Bedimo n’entre pas dans les plans de Rudi Garcia à l’OM. – @Twitter

Les deux principaux écueils de la carrière de footballeur sont la blessure et la mise à l’écart d’une équipe. Dans les deux cas il ne peut exercer son métier, c’est psychologiquement dur, peut-être plus quand le joueur est en pleine possession de ses moyens. Comme le sont les onze ci-dessous, qui composent l’effectif des « placardisés » de Ligue 1, qui ne comptent pas plus de une rencontre officielle, cette saison 2017-2018 et rarement entière de surcroît.

Zinedine Machach s’est exclu tout seul de l’effectif toulousain

A l’exception notable du Toulousain Zinédine Machach car lui s’est mis tout seul dans l’embarras, depuis son altercation avec l’entraîneur de l’équipe réserve. Sa mise à pied touche à sa fin, le TFC va devoir prendre une décision le concernant, en considérant que le club et son coach Pascal Dupraz ne souhaitent plus le voir évoluer sous le maillot violet.

Clément Grenier n’est pas à l’écart de l’OL, mais il n’est pas non plus désiré sur le terrain de jeu

A l’exception aussi de Clément Grenier à Lyon. Car autant Mapou Yanga-Mbiwa n’est plus dans les papiers de Bruno Génésio, autant le degré de confiance est (un peu) plus élevé pour le milieu des Gones. Grenier n’est pas franchement mis à l’écart, son coach l’apprécie, mais il ne lui a laissé que cinq minutes de jeu, depuis la reprise de Ligue 1. C’est bien peu, pour un international français (5 sélections).

Le PSG, l’Olympique de Marseille ou le LOSC ont tous un ou des « placardisé(s) »

Les autres sinon, qui composent ce Onze des placardisés, sont plutôt les victimes de choix sportif. Ils n’entrent pas ou plus dans les choix de leurs entraîneurs et sont invités à se relancer ailleurs. Au plus vite étant le mieux. Ça vaut pour le cas le plus emblématique de l’équipe, le milieu Hatem Ben Arfa recalé en équipe réserve par le PSG, autant que cela est légalement possible pour le club de la capitale. Ça vaut pour d’autres également, que sont Bedimo et Fanni à l’Olympique de Marseille, Diego Contento aux Girondins de Bordeaux ou Vincent Enyeama au LOSC, sur qui Marcelo Bielsa n’a jamais voulu compter. Les voilà tous à l’image ci-dessous.

Le Onze des joueurs « placardisés » en Ligue 1

PSG, OM, ASSE, LOSC… Le classement de la Ligue 1 selon les dépenses en transferts

Le décalage entre l’investissements du LOSC en transferts et ses résultats sportifs est vertigineusement défavorable au club nordiste. – @Facebook

Pour comprendre à quel point le projet de reprise du LOSC est jusqu’ici un échec sportif et financier, il faut le lire par les chiffres. Celui de la dépense sur le marché des transferts, rapporté au classement sportif est à ce titre éloquent. Pour les besoins de Marcelo Bielsa, Gérard Lopez a investi près de 65 millions d’euros sur le mercato, mais après 11 journées de Ligue 1, son équipe coince à la 19e position. Et accuse une différence de moins 16 entre sa hiérarchie sportive et sa dépense.

Le Paris SG, l’Olympique de Marseille et Lyonnais ou l’AS Saint-Etienne sont globalement à leur place

Le LOSC est le seul « gros » club de l’élite à accuser autant d’écart quand les autres – le Paris SG, l’Olympique de Marseille, l’Olympique Lyonnais ou l’AS Saint-Etienne – sont à leur place, sinon mieux. Les Girondins de Bordeaux normalement avec eux, mais les Marines campent sur quatre matchs sans victoires dont trois se sont soldés par des défaites. Ils ont pris du recul au classement sportif. Avec des moyens plus limités et une équipe qu’il n’a ni choisi ni composé, Claudio Ranieri fait à l’inverse, sinon des miracles mais au moins des prouesses, sur le banc du FC Nantes. Les Canaris sont à +7, au ratio des dépenses en transferts et du classement du moment, en Ligue 1.

Le LOSC et l’OGC Nice, deux équipes qui accusent du retard eu égard aux dépenses en transferts investies

Globalement, la tendance est plutôt positive pour les clubs de l’élite. Moins de la moitié (8 sur 20) affichent des ratios négatifs. Outre Lille, l’OGC Nice est une autre équipe en manque de vitesse ou d’inspiration, sinon des deux. Les Aiglons si rayonnants la saison dernière, ne pointent qu’en 16e position en L1, malgré 24,3 millions d’euros injectés au cours du mercato d’été. Le classement de la Ligue 1 selon les dépenses en transferts est à voir résumé dans son ensemble, en page suivante du dossier.

Le classement de la Ligue 1 selon les dépenses en transferts des équipes

Club Dépenses en transferts CDT* CS* Différence
Paris 238M€ 1 1 =
Monaco 102M€ 2 2 =
Lyon 50,5M€ 5 3 + 2

>Voir le tableau complet en page 2

Pages: 1 2

Plutôt Bielsa que Garcia ? Que sera LOSC – OM selon les bookmakers ?

C’est la deuxième fois que Duri Garcia revient à Lille, dans le costume du coach de l’OM. Pour Bielsa, en revanche, ce sera une première face à l’Olympique de Marseille. – @Facebook

Quand un ancien coach de l’Olympique de Marseille, aujourd’hui au LOSC reçoit un ancien lillois, désormais sur le banc phocéen, ça donne quoi ? Une belle histoire sur le fond que cet affrontement entre Marcelo Bielsa et Rudi Garcia. Mais sur la forme du match, difficile de se placer sans quelques hésitations. Celles des bookmakers sont grandes avant l’opposition, ce dimanche soir, au stade Pierre-Mauroy. Tout au moins au sens large de la question, de ce que sera l’issue finale de ce match.

Le nul entre le LOSC et l’OM n’est pas un scénario très envisagé. Sauf que…

Un succès Lillois ? Bof, il n’a qu’une cote de 3,21. Plutôt une victoire marseillaise, à 2,16 à la moyenne des cinq opérateurs que nous avons observé. Ou alors le nul, mais à 3,4 c’est a priori le scénario le moins envisagé. Pourtant, au résultat final plus précis de cette rencontre qui clôture la 11e journée de Ligue 1, c’est un nul qui se dégage, et d’assez nettement sur tous les autres résultats : 1-1, à la cote moyenne de 5,89. La glorieuse incertitude du sport n’a d’égale que celle des bookmakers.

Entre le LOSC de Bielsa et l’OM de Rudi Garcia, tout est plutôt flou avant l’opposition de ce dimanche

Des autres résultats qui suivent – la victoire de l’OM, 1-0 ou le nul 0-0 – il faut comprendre que ce ne devrait pas être le même festival de buts, que dimanche dernier, pour le Clasico OM – PSG au Vélodrome. Pour en voir claquer les filets ce dimanche, il faudra plutôt suivre les Marseillais, Mitroglou (2,34), ou N’Jie (2,6), voire Germain (2,7). Et pour les Lillois : Yassine Benzia (3,34), Nicolas Pepe (3,42) ou Anwar El Ghazi à 3,44.

OM, PSG, OL, ASSE, LOSC, Girondins… Ils sont dans le Top 100 des affluences en Europe

L’OM a la plus forte affluence de Ligue 1, cette saison 2017-2018. – @Facebook/OM

Si l’engouement de nos voisins britanniques et Allemands pour le football est plus fort que chez nous, c’est un fait avéré depuis quelques paires d’années, la France n’est pas si mal pour ce qui est de la fréquentation des stades, sinon en remplissage, à tout le moins au niveau des affluences. Selon une étude de Deportes et Finanzas en Espagne, au Top 100 des affluences les plus élevées de la saison 2017-2018 en cours, pointent onze clubs de la Ligue 1. Parmi lesquels les plus populaires que sont le PSG, l’OM, l’OL ou son rival l’ASSE, sinon le LOSC ou les Girondins de Bordeaux.

PSG, OM, OL, ASSE, LOSC, Girondins, Strasbourg… 11 clubs français dans le Top 100 des affluences européennes

Avec eux également, le RC Strasbourg, de retour parmi l’élite, le club alsacien a le soutien de ses fans en toutes circonstances. Avec 24.700 spectateurs en moyenne, il est 81e. Loin, il est vrai des clubs qui se situent sur l’autre rive du Rhin. Dont le Borussia Dortmund, classiquement premier avec 80.830 fans en moyenne par rencontre et un taux de remplissage à la Signal Iduna Park qui flirte avec les 100%. Du côté des équipes françaises, l’Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain dominent, non loin l’un de l’autre, respectivement 26e affluence d’Europe avec 48.228 d’affluence moyenne et 29e, à 47.161 en moyenne par match.

Tottenham exilé à Wembley et l’Atlético Madrid dans son nouvel écrin bouleverse le Top 10

Ils sont suivis plus loin, de l’Olympique Lyonnais (38.968) et du LOSC (30.110). Enfin, un mot du Top 10 qui a changé, notamment pour Tottenham car le club construit son nouveau stade, il est de fait délocalisé à Wembley, la plus grande enceinte du Royaume-Uni. Egalement pour l’Atlético Madrid, anciennement à l’étroit dans le vieux Vicente-Calderon, le club colchonero a pris quartier dans un écrin neuf (le Wanda Metropolitano), de près de 68.000 places, contre 55.000 la limite précédemment.