Archives du mot-clé ogc nice

OL, OM, Paris FC… Ces clubs français qui roulent pour le constructeur Hyundai

Comme Nice, Le Havre ou Paris avant, l’OM a passé un partenariat av ec Hyundai. Le constructeur coréen fournit désormais des véhicules aux joueurs phocéens. – @Sportune

On le sait pour l’Olympique Lyonnais étant un sponsor premium du club des Gones. Depuis peu pour l’Olympique de Marseille, maintenant que les joueurs ont tous reçus les clés d’un Tucson. Moins pour d’autres clubs de foot en France qui roulent eux aussi pour le constructeur automobile Hyundai, dans le cadre de partenariats. C’est le cas de l’OGC Nice en Ligue 1, mais également du Paris FC et du Havre, en Ligue 2.

Comme l’Olympique de Marseille, l’OGCN, le Paris FC et le HAC ont un partenariat avec Hyundai

Avec eux, comme avec l’Olympique de Marseille, le rapprochement se limite à du prêt de véhicules aux joueurs, pour voitures de fonction et des activations sous forme d’affichage ou d’opérations promotionnelles négociées différemment avec le club. Ces partenariats sont des initiatives locales, poussées par les concessionnaires de la région, avec l’appuie de la direction de Hyundai France.

Un partenariat national et premium avec l’Olympique Lyonnais

Avec l’Olympique Lyonnais, c’est le seuil supérieur. Le constructeur coréen étant un acteur actif dans le foot à l’échelle mondiale (il est associé aux compétitions de la FIFA et de l’UEFA, donc du prochain Mondial en Russie), l’effet se décline ensuite en cascade sur chaque territoire. En France, c’est avec le Lyon de Jean-Michel Aulas que cela se passe et depuis cinq ans que le partenariat existe, les relations entre les deux parties sont excellentes.

Les joueurs des clubs partenaires sont tenus de rouler avec des voitures du constructeur coréen

Comme tous les autres clubs cités plus haut, les joueurs rodhaniens sont tenus de venir aux entraînements avec leur voiture de fonction. Mais le partenariat va bien au-delà, avec pour principe essentiel, la présence du groupe sur les maillots des joueurs (hors Ligue des champions), de l’affichage notamment au Groupama Stadium et des opérations commerciales communes au club et son partenaire.

Les images de la cérémonie et la remise des clés aux joueurs de l’OM

L’ASSE devant l’OGCN et l’OL aux gains de la dernière campagne de Ligue Europa

L’AS Saint-Etienne a gagné plus de 13 millions d’euros, de sa dernière campagne européenne. – @Facebook/ASSE

L’UEFA a dévoilé ce vendredi, le détail de ce que la dernière campagne 2016-2017 de la Ligue Europa a rapporté aux équipes françaises. Elles étaient trois engagées dans le tournoi : l’AS Saint-Etienne, l’OGC Nice et l’OLympique Lyonnais, qui a toutefois débuté par la Ligue des champions, avant d’être reversé, chez la petite soeur. C’est ce qui justifie d’ailleurs qu’au bilant, les Gones aient moins de bénéfices que les Verts ; est en effet exclue du décompte ci-dessous, la part gagnée par le club de Jean-Michel Aulas en C1. Elle vaut plus de 38 millions de plus.

L’AS Saint-Etienne domine les clubs français aux bénéfices financiers de la dernière Ligue Europa

Cela réduit de fait la performance des deux autres clubs, à peau de chagrin. Eliminés en seizièmes de finale, les Verts cumulent les 2,6 millions d’euros de la participation à la phase finale, plus 2,663 millions au titre de la performance sportive. Soit, pour l’ensemble des résultats dans la compétition, 5,263 millions d’euros de gains. Auxquels s’ajoute la part du marketpool, c’est-à-dire celle de l’audiovisuel, à 8.203.747 euros qui, avec le reste, portent le total des bénéfices de l’ASSE, à 13.466.747 euros.

L’OL a gagné moins en apparence, mais avec la Ligue des champions, la différence est grande

Suivant le même mode de calcul, l’OGC Nice va empocher 10.617.813 euros de sa dernière campagne européenne. Quant aux Gones, ils n’ont pas la prime de participation, reçue par ailleurs en Ligue des champions mais comptent quand même plus de 6 millions pour la performance, du fait de la demi-finale perdu face à l’Ajax. Avec les recettes de l’audiovisuel, cela représente un total de 9.858.227, vous l’aurez compris, pour la seule Ligue Europa. C’est en effet Manchester United qui domine cette hiérarchie. Les protégés de José Mourinho, vainqueurs du tournoi, ont engrangé plus de 44 millions d’euros.

OM, OL, OGCN: Ce qu’ils ont déjà financièrement gagné en Ligue Europa

Deux victoires en phase de groupe qui rapporten t au moins 3,32M€ à l’Olympique de Marseille. – @Twitter/OM

Deux victoires et une défaite pour les trois clubs français engagés ce jeudi en Ligue Europa. Ça pourrait être mieux, mais à la lecture du classement de chacune des équipes, la tendance générale est plutôt bonne. Elle entretient l’espoir d’une qualification. Jusqu’ici, les parcours de l’Olympique de Marseille et de l’OGC Nice se ressemblent, ils ont le même nombre de points, des résultats similaires et donc, par extension, le même niveau de primes collectées jusqu’ici. Légèrement supérieures à celles de l’Olympique Lyonnais.

L’Olympique de Marseille et Nice ont un parcours et des primes sensiblement identiques

En rappelant que toutes les équipes qualifiées pour cette phase finale de la Ligue Europa 2017-2018 ont un même seuil garanti au départ, à 2,6 millions d’euros. Le reste dépend des performances sur la pelouse. Avec deux victoires en trois matchs, l’OM et l’OGCN gonflent l’enveloppe de deux fois 360.000 euros. Soit un total, à ce stade du tournoi, au moins 3,32 millions d’euros pour Lyon et Marseille. Et pour Lyon, avec une victoire et deux nuls, un total de 3,2 millions d’euros, depuis son entame dans le tournoi.

Pour aller plus loin : Le détail de toutes les primes de la Ligue Europa 2017-2018

Une prime en plus distribuée selon le classement en phase de groupe de la Ligue Europa 2017-2018

A la fin de la phase, les deux premières équipes de chaque groupe seront qualifiées pour les seizièmes de finale. Lequel rapporte un demi-million d’euros. Une prime sera versée en plus, selon la place en poule : 600.000 euros pour le premier et la moitié à son dauphin. Ces primes enfin, sont indépendantes du marketpool, soit la part de l’audiovisuel, redistribuée en fin de tournoi, à chaque formation engagées.

ASSE, PSG, OM, OL… Le classement de la Ligue 1 selon la valeur marchande des équipes

Au ratio de la valeur marchande de son effectif et de sa performance sportive, l’AS Monaco est à sa place, après neuf journées de Ligue 1. – @Twitter/ASM

Les équipes les plus chères en valeur marchande des joueurs sont-elles à leur place, au classement de la Ligue 1 ? Globalement oui, pour le Paris SG, l’AS Monaco et l’Olympique de Marseille. C’est même mieux pour l’AS Saint-Etienne ou pire pour l’OL ou l’OGC Nice… Les chiffres des valeurs marchandes sont ceux de la plateforme Transfermarkt, après la mise à jour de la semaine dernière, des équipes du championnat de France.

Marseille, le Paris SG et Monaco sont dans la norme, l’AS Saint-Etienne, sinon Caen, Nantes ou Troyes font mieux

Paris et Monaco ont les collectifs les plus volumineux en valeur marchande, à 648,4 et 267,4 millions d’euros. Ils occupent respectivement la première et deuxième place du championnat, après le premier quart. Pour eux, tout est bien logique, ils sont à la place visée au départ. Pour d’autres, comme Sainté on l’a dit ou plus significativement pour Caen, Nantes et Troyes, le parcours est positif, rapporté à ce que valent les joueurs de leurs effectifs, sur le marché des transferts.

Moins 9 places pour l’OGC Nice, entre le classement de la valeur marchande de son effectif et celui du championnat

L’effet est inverse à Lyon mais surtout à Nice. Les Aiglons, sortant d’une saison dernière réussie qui les a tous valorisés et avec l’ajout d’autres stars dans le collectif, ont le cinquième effectif le plus cher du championnat. Mais ils ne sont que quatorzièmes au plan sportif, après les neuf premières journées de la Ligue, saison 2017-2018. Avec le Stade Rennais et le LOSC, c’est l’équipe qui accuse le plus gros décalage, au bilan. Les détails de chaque équipe du championnat est à voir dans le tableau complet, en page suivante du sujet.

Le classement de la Ligue 1 selon la valeur marchande des équipes

Club VME* CVM* CS* Différence
Paris 648,4M€ 1 1 =
Monaco 267,4M€ 2 2 =
Lyon 149,55M€ 3 6 – 3

Voir le tableau complet en page 2

Pages: 1 2

OGC Nice – L’évolution de la valeur marchande de Wesley Sneijder sur le marché des transferts

Il serait dommage qu’un joueur du talent de Wesley Sneijder quitte Nice par la petite porte, sans rien avoir montré. – @Twitter

Entre Hatem Ben Arfa et Mario Balotelli après lui, l’OGC Nice s’est fait une spécialité de relancer des joueurs en perte de vitesse. L’idée était la même avec Wesley Sneijder, l’un des plus gros CV de l’histoire du club, champion des Pays-Bas, d’Espagne et d’Italie, vainqueur de la Ligue des champions 2010 et finaliste du Mondial 2010 avec les Oranje. Sauf qu’avec Sneijder le mariage n’a jusqu’ici pas totalement pris. Pour ne pas dire pas du tout. Le Batave est déjà donné sur le départ, les Pays-Bas éliminés avant même le Mondial 2018, sa carrière internationale est surement terminés, tout cela ayant pour conséquence, de plomber sa valeur déjà basse, sur le marché des transferts.

Au meilleur de sa carrière, la valeur marchande de Wesley Sneijder approchait les 35 millions d’euros

Depuis sa dernière mise à jour, la plateforme Transfermarkt l’estime à moins de 5 millions d’euros. C’est presque trop pour un joueur qui valait infiniment plus, au meilleur de sa carrière. Soit en 2010, alors qu’en sélection comme en club, aux côté d’un certain Mario Balotelli à l’Inter Milan, tout lui réussissait. Il valait alors près de 35 millions d’euros en valeur marchande, rapporté à l’époque où les dépenses étaient beaucoup plus raisonnables (ou raisonnées) qu’aujourd’hui, c’était une grosse somme. Au moins aussi grosse que les 27 millions d’euros investis par le Real Madrid pour l’avoir, en 2007, en provenance de l’Ajax Amsterdam.

L’évolution de la valeur marchande de Wesley Sneijder sur le marché des transferts. @Transfermarkt

Il y a eu un avant et un après 2010 pour Sneijder. Son transfert à l’OGC Nice est jusqu’ici un flop

Résumer l’évolution de la valeur marchande de Wesley Sneijder est finalement assez simple : il y a eu un avant et un après 2010. Avant, c’était le Sneijder flamboyant, le joueur qui d’un ballon peut faire la différence, éclairer le jeu sinon marquer des deux pieds ; il est gaucher fort, mais ambidextre. Après, c’est le Sneijder trop personnel, à l’égo trop gros pour accepter de continuer avec l’Inter Milan, en baissant son salaire. Ceux qui l’ont côtoyé, même dans sa « deuxième » carrière, soulignent pourtant son professionnalisme, autant que son talent. Le fait est que le Sneijder de cette saison est un flop. Il est venu à Nice pour se relancer, avec le Mondial 2018 dans un coin de la tête. Son pays sorti dès la phase de qualification, il n’a plus la même motivation. Il a signé une saison pleine à l’OGC Nice, pour un salaire « correct » au regard de son pédigrée, mais qui n’en reste pas moins important à supporter, pour la trésorerie niçoise. Après deux mois en France, le Néerlandais de 33 ans n’est même pas sûr d’aller au bout de son bail. Ce serait dommage que le public français n’est pas le plaisir de profiter de ses fulgurances. Même épisodiques…

L’évolution de la valeur marchande de Wesley Sneijder sur le marché des transferts est résumée par l’image ci-dessus.