Archives du mot-clé OL

PSG, OM, ASSE, LOSC… Le classement de la Ligue 1 selon les dépenses en transferts

Le décalage entre l’investissements du LOSC en transferts et ses résultats sportifs est vertigineusement défavorable au club nordiste. – @Facebook

Pour comprendre à quel point le projet de reprise du LOSC est jusqu’ici un échec sportif et financier, il faut le lire par les chiffres. Celui de la dépense sur le marché des transferts, rapporté au classement sportif est à ce titre éloquent. Pour les besoins de Marcelo Bielsa, Gérard Lopez a investi près de 65 millions d’euros sur le mercato, mais après 11 journées de Ligue 1, son équipe coince à la 19e position. Et accuse une différence de moins 16 entre sa hiérarchie sportive et sa dépense.

Le Paris SG, l’Olympique de Marseille et Lyonnais ou l’AS Saint-Etienne sont globalement à leur place

Le LOSC est le seul « gros » club de l’élite à accuser autant d’écart quand les autres – le Paris SG, l’Olympique de Marseille, l’Olympique Lyonnais ou l’AS Saint-Etienne – sont à leur place, sinon mieux. Les Girondins de Bordeaux normalement avec eux, mais les Marines campent sur quatre matchs sans victoires dont trois se sont soldés par des défaites. Ils ont pris du recul au classement sportif. Avec des moyens plus limités et une équipe qu’il n’a ni choisi ni composé, Claudio Ranieri fait à l’inverse, sinon des miracles mais au moins des prouesses, sur le banc du FC Nantes. Les Canaris sont à +7, au ratio des dépenses en transferts et du classement du moment, en Ligue 1.

Le LOSC et l’OGC Nice, deux équipes qui accusent du retard eu égard aux dépenses en transferts investies

Globalement, la tendance est plutôt positive pour les clubs de l’élite. Moins de la moitié (8 sur 20) affichent des ratios négatifs. Outre Lille, l’OGC Nice est une autre équipe en manque de vitesse ou d’inspiration, sinon des deux. Les Aiglons si rayonnants la saison dernière, ne pointent qu’en 16e position en L1, malgré 24,3 millions d’euros injectés au cours du mercato d’été. Le classement de la Ligue 1 selon les dépenses en transferts est à voir résumé dans son ensemble, en page suivante du dossier.

Le classement de la Ligue 1 selon les dépenses en transferts des équipes

Club Dépenses en transferts CDT* CS* Différence
Paris 238M€ 1 1 =
Monaco 102M€ 2 2 =
Lyon 50,5M€ 5 3 + 2

>Voir le tableau complet en page 2

Pages: 1 2

Le salaire de Nicolas Nkoulou au Torino

Nicolas Nkoulou a été prêté un an au Torino par l’OL. – @Twitter

En difficulté à Lyon, Nicolas Nkoulou est parti relancer sa carrière hors de France, après des années entre Monaco, Marseille puis le club des Gones. Le défenseur camerounais s’est engagé au Torino, mais il reste un joueur lyonnais, il est seulement prêté sur la saison. Pas dit qu’il ne prolonge pas son séjour, car jusqu’ici il y est plutôt à son aise. Reste quand même le salaire de Nicolas Nkoulou au Torino, car il n’est pris que pour partie par le club italien.

Le Torino n’assume qu’une part du salaire lyonnais de Nicolas Nkoulou

A Lyon, le défenseur central avoisine les 2,7 millions d’euros net la saison, tandis qu’à Turin, il approche les 900.000 euros net selon le chiffre donné par la Gazzetta dello Sport. La différence, doit-on le comprendre est normalement assumée par l’OL. Il lui reste encore deux ans de contrat, jusqu’à la fin du mois de juin 2020, chez les Gones. Mais il peut s’en gager dès cet été avec le Torino FC, si le club souhaite le conserver et qu’il lève l’option d’achat fixée à 3,5 millions d’euros.

Un prêt d’un an assorti d’une option d’achat

Il sera temps alors de surement renégocier le contrat du joueur. Certainement au niveau de ce qu’il était à Lyon, le Torino n’en a pas les moyens, mais dans des proportions plus élevées, s’il poursuit sa lancée du moment. A un niveau de salaire déjà plus proche de l’ancien portier parisien Salvatore Sirigu, parmi les trois joueurs les mieux payés du club.

OM, PSG, OL, ASSE, LOSC, Girondins… Ils sont dans le Top 100 des affluences en Europe

L’OM a la plus forte affluence de Ligue 1, cette saison 2017-2018. – @Facebook/OM

Si l’engouement de nos voisins britanniques et Allemands pour le football est plus fort que chez nous, c’est un fait avéré depuis quelques paires d’années, la France n’est pas si mal pour ce qui est de la fréquentation des stades, sinon en remplissage, à tout le moins au niveau des affluences. Selon une étude de Deportes et Finanzas en Espagne, au Top 100 des affluences les plus élevées de la saison 2017-2018 en cours, pointent onze clubs de la Ligue 1. Parmi lesquels les plus populaires que sont le PSG, l’OM, l’OL ou son rival l’ASSE, sinon le LOSC ou les Girondins de Bordeaux.

PSG, OM, OL, ASSE, LOSC, Girondins, Strasbourg… 11 clubs français dans le Top 100 des affluences européennes

Avec eux également, le RC Strasbourg, de retour parmi l’élite, le club alsacien a le soutien de ses fans en toutes circonstances. Avec 24.700 spectateurs en moyenne, il est 81e. Loin, il est vrai des clubs qui se situent sur l’autre rive du Rhin. Dont le Borussia Dortmund, classiquement premier avec 80.830 fans en moyenne par rencontre et un taux de remplissage à la Signal Iduna Park qui flirte avec les 100%. Du côté des équipes françaises, l’Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain dominent, non loin l’un de l’autre, respectivement 26e affluence d’Europe avec 48.228 d’affluence moyenne et 29e, à 47.161 en moyenne par match.

Tottenham exilé à Wembley et l’Atlético Madrid dans son nouvel écrin bouleverse le Top 10

Ils sont suivis plus loin, de l’Olympique Lyonnais (38.968) et du LOSC (30.110). Enfin, un mot du Top 10 qui a changé, notamment pour Tottenham car le club construit son nouveau stade, il est de fait délocalisé à Wembley, la plus grande enceinte du Royaume-Uni. Egalement pour l’Atlético Madrid, anciennement à l’étroit dans le vieux Vicente-Calderon, le club colchonero a pris quartier dans un écrin neuf (le Wanda Metropolitano), de près de 68.000 places, contre 55.000 la limite précédemment.

ASSE, PSG, OL, OM… C’était quoi les budgets de la Ligue 1 il y a 10 ans ?

Il y a 10 ans, l’OL dominait encore le championnat de France de Ligue 1. – @Facebook

Que s’est-il passé ces dix dernières années sur la planète Ligue 1 ? La domination lyonnaise a progressivement pris fin, avant une phase de transition, jusqu’à l’ouverture de l’ère QSI, au Paris SG. Entre temps, l’Olympique de Marseille, le LOSC, les Girondins de Bordeaux, Monaco pour plus récent et même Montpellier ont gagné le titre. Il y a dix ans, le club du regretté Loulou Nicollin n’était même pas dans l’élite. Il y a un peu de toute cette histoire, dans ce flash back centré sur les budgets de la Ligue 1 2007-2008, avec une comparaison des moyens déployés aujourd’hui.

Il y a 10 ans, l’OL avait devant l’OM et le PSG le plus gros budget, l’ASSE était dans la moyenne

A l’époque le budget moyen de la Ligue 1 avoisinait les 45 millions d’euros. C’était notamment celui de l’AS Saint-Etienne ou du RC Lens. Dix ans plus tard, il a doublé, à plus de 90 millions d’euros. Tout ce temps globalement, les gros sont restés des gros, pour tous les budgets ont augmenté, à des proportions toutefois bien différentes. Depuis cet exercice 2007-2008, sept clubs ont disparu de l’élite, certains comme Lens ou Sochaux y étaient installés de manière durable et avec des moyens plutôt larges à l’échelle de la concurrence.

Le MUC 72 a disparu du paysage footballistique, le RC Strasbourg est revenu au premier plan

L’argent ne fait pas tout ou parfois est-il mal utilisé. Il y a dix ans, Le MUC 72 trahissait sans s’en cacher de très grosses ambitions. Centrée sur une enceinte flambant neuve et pionnière en matière de naming : la MMArena, du nom du puissant assureur aux origines locales. Il y a dix ans encore, le RC Strasbourg avait sa place solidement installée dans l’élite. C’était avant que l’actionnaire majoritaire de l’époque ne cède ses parts. Après quoi, Strasbourg comme Le Mans ont posé le genou à terre. Forcés de déposer le bilan, les deux clubs sont tombés dans les profondeurs du championnat amateur.

Plus dure fut la chute pour Le Mans qui revient progressivement à de plus justes ambitions, désormais en National 2. Quant au club alsacien, lui et ses supporters ont mangé leur part de pain noir, jusqu’à revenir en Ligue 1. Avec un budget presqu’identique, la différence étant qu’en 2017-2018, c’est l’un des plus faibles du championnat.

Les budgets de la Ligue 1 il y a 10 ans, en 2007-2008

club Budget 2007-2008 budget 2017-2018
Olympique Lyonnais 145M€ 240M€
Olympique de Marseille 97M€ 180M€
Paris SG 70M€ 540M€

Voir le tableau complet en page 2

Pages: 1 2

OL – Découvrez les images du luxueux bolide à 700.000€ de Memphis Depay

Memphis Depay a une Rolls Royce préparée par Mansory, dans son son garage.

Memphis Depay a tout ce que les footballeurs ont traditionnellement en adoration : un goût prononcé pour la mode, le culte de son look, des tatouages et pour enrober le tout, de l’intérêt pour les grosses voitures. Mais à la différence de beaucoup plus portés sur la vélocité et la puissance de leur engin, lui voit les choses en tout confort, en baignant dans le luxe du constructeur britannique Rolls Royce. Le milieu de terrain de l’Olympique Lyonnais est en effet le propriétaire d’une Rolls-Royce Mansory Wraith, un joujou sur lequel il veille jalousement.

La Rolls Royce Mansory Wraith de Memphis Depay en images


C’est qu’à près de 700.000 euros, ce bolide est plutôt unique dans son genre. Il associe le savoir-faire et le prestige du constructeur Rolls Royce, au savoir-faire du préparateur automobile allemand, Mansory. Cela donne l’engin à l’image ci-dessus, sobre dans sa couleur noire, tout un symbole en somme, de l’élégance britannique, avec un Néerlandais à son volant. A Lyon, Memphis Depay peut sortir sa Rolls, mais uniquement dans un cadre dépassant celui du club. Sinon, il est tenu, comme tous ses camarades, de rouler dans une voiture Hyundai, prêtée dans le cadre du partenariat qui unit les Gones, au constructeur coréen.