ASSE: Nicolita, un salaire cadeau pour Saint-Etienne !

Posté le 2 septembre 2011 par

x0

Banel Nicolita - @Iconsport

Banel Nicolita - @Iconsport

Banel Nicolita, c’est le nom surprise qu’a sorti l’ASSE de son chapeau pour boucler le Mercato 2011. Le Roumain arrive tout droit du Steaua Bucarest. On connaissait déjà le prix de son indemnité: 700 000€. Mais qu’en est-il de son salaire ? Alors que les Stéphanois se battent pour réduire leur masse salariale et se sont ainsi bornés à ne jamais faire signer un joueur payé plus de 90 000€ brut par mois, les Verts semblent être tombés sur un bon client avec l’ancien capitaine du Steaua Bucarest…

Banel Nicolita à l’ASSE a un salaire inférieur à la rémunération moyenne de Ligue 1

Selon la presse roumaine et notamment le site Internet GSP.ro, Nicolita toucherait ,à Saint-Etienne, une rémunération à peine supérieure à 400 000€ par an, soit environ 35 000€ par mois, sur un contrat signé jusqu’en 2014. Une somme conséquente pour n’importe quel salarié lambda, mais qui reste bien inférieur au salaire moyen d’un joueur de Ligue 1, compris entre 45 000 et 50 000€ brut mensuel. Du côté de l’ASSE, Banel Nicolita devrait croiser des coéquipiers touchant tout de même quasiment le triple de ses émoluments.

Banel Nicolita à 400 000€ par an à l’ASSE, c’est la prime de départ qu’exigeait Bergessio pour signer à Catana…

Comparaison ultime, 400 000€ de salaire annuel, c’est pile la fameuse somme qu’exigeait un certain Gonzalo Bergessio en guise de simple prime de départ pour signer à Catane il y a quelques jours. Alors, pourquoi est-ce que Banel Nicolita, international de 26 ans, nommé capitaine dans son ancien club , a-t-il accepté un tel salaire à Saint-Etienne ? Simplement parce qu’il ne gagnait que… la moitié en Roumanie.

En Roumanie, Nicolita gagnait 2 fois moins qu’à l’ASSE

Dans un pays ne faisant pas partie des places fortes (et surtout riches) du sport business, les politiques de rémunération ne sont pas tout à fait à la même échelle qu’en France. Rappelons également que cette rémunération de 400 000€ par an ne représente « que » 60% des émoluments qu’est susceptible de toucher le joueur sur l’année. A Saint-Etienne, les dirigeants négocient 40% des rémunérations du joueur sous la forme de primes à la performance sur la saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.