Comment le Maroc joue l’avenir du sport sur sa candidature à la CAN 2016

Posté le 7 janvier 2010 par

x0

Le Maroc a présenté officiellement sa candidature à l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations de football en 2016, a déclaré à Rabat le ministre marocain de la Jeunesse et des Sports Moncef Belkhayat. Pour lui, »il est temps que le Maroc accueille la CAN. Nous sommes prêts à organiser une compétition importante et nous avons nos chances. Le Maroc répond aux critères de sélection de la CAN« .

Déjà victorieux de la CAN en 1976, finaliste en 2004 et organisateur de l’événement en 1988, le Maroc compte plus que jamais sur cette échéance pour promouvoir et relancer la pratique sportive dans le royaume. Il ne rechigne d’ailleurs pas à la dépense. En juin 2009, le roi Mohammed VI a alloué 250 millions de dirhams (environ 24 millions d’euros) à la Fédération royale marocaine de football pour « une mise à niveau structurelle du football national ». Le gouvernement marocain a également annoncé, en décembre dernier, un plan de sauvetage du sport avec un financement d’au moins 400 millions de dirhams (environ 35 millions d’euros) entre 2010 et 2016.

Le gouvernement met la main à la poche en espérant un retour

Cette stratégie fondée sur le développement des infrastructures sportives, sur la construction de terrains de sport de proximité (20 sont en cours de construction), sur la mise en place d’instituts de formation (1000 centres socio-sportifs devraient être créées), mais aussi sur la recherche d’autres sources de financement, a précisé Moncef Belkhayat, doit palier les faiblesses structurelles du monde sportif marocain. Pour le Ministre, les problèmes qu’a connus le football marocain ne tiennent qu’à la fragilité des infrastructures, au déficit en matière de formation, à la faiblesse du budget alloué au ministère et au manque de financement dans un secteur qui nécessite d’importantes ressources.

A défaut de résultats, les Lions de l’Atlas marocains ne participeront cette année ni à la CAN (10-31 janvier en Angola), ni à la Coupe du monde (11 juin-11 juillet en Afrique du Sud), le gouvernement met donc la main à la poche. Mais espère déjà un retour sur investissement. Le Ministre ne fait d’ailleurs peu  de mystère sur ses ambitions. « Le Maroc dispose de grands talents de football au niveau africain, et l’équipe nationale finira par s’imposer lors des prochaines manifestations sportives, en particulier la CAN et le Mondial », a-t-il assuré avant de conclure, limpide :  « pour atteindre cet objectif, il convient de choisir un sélectionneur national qui disposera, à la fois, de la rigueur requise, de la liberté de choix et d’une politique de gestion précise « . L’avenir du sport marocain sur les épaules d’un seul homme…L’appel est lancé…

Richard Dassault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.