Jérôme Rothen, de la Ferrari à la Smart

Posté le 22 septembre 2012 par

x1

Jérôme Rothen – @IconSport

Ce samedi après-midi, Jérôme Rothen retrouvera le PSG, club que le milieu de terrain a fréquenté cinq saisons, de 2004 à 2009 avec plus ou moins de réussite avant de partir par une porte dérobée après avoir résilié son contrat. Du PSG, Jérôme Rothen garde de bons et de moins bons souvenirs mais ce qui a le plus marqué le grand-public à l’époque, c’était le côté chambreur voire insolent qui lui collait à la peau.

Au PSG Jérôme Rothen roulait en Ferrari, maintenant c’est en Smart qu’il se déplace

Depuis, Rothen a bien changé et joue aujourd’hui à Bastia. Symbole de cette mue, le fait qu’il soit passé d’une Ferrari rouge écarlate quand il jouait au Paris Saint-Germain à une Smart plus discrète et bien moins onéreuse dont il use aujourd’hui quand il est de retour dans les rues de la capitale. D’ailleurs, le journal L’Equipe à qui l’on doit le récit de cette anecdote insiste sur l’attachement du joueur à la capitale en nous apprenant qu’il est le propriétaire d’un appartement à quelques encablures du Parc des Princes.

En bien ou en mal, l’essentiel est que l’on parle de lui

A 34 ans, Jérôme Rothen s’estime plus « mature » tout en écartant l’idée d’un profond changement de sa personnalité : « Il fallait que j’assume. J’ai mis du temps à l’assumer mais aujourd’hui je ne regrette rien. » Et malgré une fin de parcours parfois chaotique (quatre mois aux Glasgow Rangers qui ne l’ont pas gardé faute d’argent dans les caisses puis cinq mois en Turquie avec quelques soucis de paiements) Jérôme Rothen dit « ne rien regretter » de sa carrière. Il conclut même dans L’Equipe : « que l’on parle de toi en mal ou en bien, l’essentiel c’est que l’on parle de toi ». Et de lui en particulier, il a souvent été question par le passé.

 

Une réflexion au sujet de « Jérôme Rothen, de la Ferrari à la Smart »

  1. ADRIAN

    Il retrouvera rien du tout cet après-midi, si ce n’est son stade de Bastia, surtout le PSG d’aujourd’hui est à une dizaine années lumières de ce qu’il a connu quand lui y jouait…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.