Quand l’Inter Milan mettait ses joueurs sur écoute téléphonique…

8 septembre 2012 à 16:30 par Thomas

0

Massimo Moratti président de l'Inter Milan @IconSport

Mettre sur écoute téléphonique des joueurs de son équipe, ce serait l’idée de Massimo Moratti, président de l’Inter Milan que la justice italienne a récemment condamnée, lui et la société Telecom Italia, à verser un million d’euros de dommages et intérêts à l’ex-attaquant Christian Vieri. Vieri a dit avoir été sur écoute au cours de ses années passées à l’Inter principalement en 2000 et 2001 puis en 2004.

Christian Vieri était sur écoute quand il jouait à l’Inter Milan

Depuis, l’ancien chef de sécurité de Telecom Italia, Giuliano Tavaroli, a réagi sur les ondes de Radio 24 en expliquant que Vieri n’avait pas été le seul à avoir été mis sur écoute. « Nous avons mis sur écoute d’autres joueurs de l’Inter, mais ils n’ont pas porté plainte, a-t-il dit. Il y a deux épisodes, 2001 et 2003. Le premier concernait l’Inter : il s’agissait de vérifier si certains joueurs, et pas seulement Vieri, respectaient le comportement à avoir. L’autre épisode concerne Pirelli (ndlr, un sponsor du club), car Vieri devait en être l’ambassadeur. »

Le coupable c’est Moratti selon un ex-salarié des Telecom Italia

Et Giuliano Tavaroli de donner clairement toute responsabilité au président l’Inter Milan : « C’est Moratti en personne qui m’a demandé de contrôler Vieri ». L’ancien international italien a obtenu un million d’euros mais il réclamait plus à la justice italienne : 12 millions d’euros à l’Inter et 9 millions à la société de Telecom disant avoir été « stressé » par l’expérience.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut de page ↑