Stade Rennais – ETG : Une querelle de millions

Posté le 28 novembre 2011 par

x0

Frederic Antonetti, entraîneur du Stade Rennais

Frederic Antonetti, entraîneur du Stade Rennais @Icon Sport

Le match entre le Stade Rennais et Evian Thonon Gaillard a laissé quelques séquelles sur les terrains mais aussi dans les déclarations d’après match. L’entraineur de Rennes, Frédéric Antonetti a été le premier à dégainer en conférence presse d’après match : « Evian a surtout intérêt à jouer un peu plus, s’il veut gagner des matches. Après il ne faut pas venir pleurer. » Le Corse a même été plus loin dans ses propos : « C’est Évian ou Annecy, d’ailleurs ? Je ne comprends rien à ce club! » De son côté, le président d’Evian Thonon Gaillard, Patrick Trotignon, n’a guère apprécié ces déclarations et a donné la meilleure des réponses à l’entraineur du Stade Rennais : Les chiffres. « Antonetti se permet de juger notre système de jeu, mais ce n’est pas son problème, on joue en fonction de nos moyens. Il a le sixième budget de France, nous, le dix-huitième! »

Le Stade Rennais a un budget deux fois supérieur à celui d’Evian Thonon Gaillard

Les chiffres ne mentent jamais. Et dans ce cas, Antonetti aurait mieux fait de tourner plusieurs fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Le club d’Evian Thonon Gaillard est un promu de Ligue 1 qui dispose d’un budget de 26 millions d’euros pour la saison 2011-2012. Avec 52 millions d’euros, le Stade Rennais a tout simplement un budget deux fois supérieur au club de Haute Savoie. Le Président Trotignon a également affirmé que les deux équipes ne disposaient pas des mêmes armes : « Si on prend six joueurs de Rennes, cela doit correspondre à la masse salariale mensuelle de notre effectif. » Il est vrai que les meilleurs joueurs du Stade Rennais comme Yann M’Villa culmineraient à 1,3 millions d’euros brut par an quand du côté d’Evian Thonon Gaillard un joueur comme Sidney Govou empocherait un salaire de 600 000 euros brut annuel. Une différence équivalente à celle du budget des deux clubs.

Frédéric Antonetti revient sur ses déclarations…

Conscient de son erreur, Frédéric Antonetti a voulu se faire pardonner : « Je souhaite présenter mes excuses. Au cours d’une interview d’après match un peu chaude mes paroles ont dépassé ma pensée. Je ne voulais ni heurter ni froisser les gens qui travaillent dans le club de l’Evian Thonon Gaillard, ni ses supporters. J’ai beaucoup de respect pour ce club, emmené depuis plus de vingt ans par Pascal Dupraz. » Pour régler définitivement les tensions entre les deux équipes, le président du club de Haute-Savoie, Patrick Trotignon a même proposé à l’entraineur rennais de « venir passer un week-end avec sa famille » pour lui faire « connaître la région ». Antonetti pourra ainsi élucider toutes ses interrogations au sujet de la genèse du club…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.