Que pèsent les droits TV sur les revenus des clubs de la Ligue 1 ?

12 octobre 2020 à 20:50 par Thomas

2
Droits TV Ligue 1

Réduire les droits de l’audiovisuel serait une catastrophe plus ou moins forte, pour les clubs pro de France.

Allons bon ! Déjà bien amochés par la crise et ses effets, notamment sur la billetterie avec les conséquences financières des huis clos qui en découlent, voilà que les clubs professionnels du foot français craignent pour les revenus liés à l’audiovisuel. En cause ? Le contexte mondial qui n’épargne pas non plus, le nouveau diffuseur Mediapro.

Ls 3/4 des revenus de Nîmes en 2019 sont issus de la télé

Ce dernier a demandé à la Ligue nationale, le report du paiement des 172 millions d’euros prévus à l’attention des clubs français, en réclamant en toile de fond la révision des droits négociés et estimés à 814 millions par an, au bénéfice des équipes françaises. Cette manne issue de la télé pèse pour part – parfois énorme -, sur l’ensemble des revenus générés par les clubs de l’élite. Selon nos observations, basées sur les chiffres officiels du bilan 2019 (avant donc l’entrée en vigueur de la nouvelle répartition sous Mediapro), cela vaut notamment les trois-quart des recettes produites par le Nîmes Olympique cet exercice là (et hors mutations de joueurs).

La moitié ou plus des revenus pour une quinzaine de clubs

Pour quinze clubs de Ligue 1 et/ou Ligue 2 selon la place de chacun à cet instant, l’audiovisuel représente a minima la moitié des bénéfices de l’opérationnel. Les réduire, en plus du manque à gagner de la billetterie, serait plonger certains dans le rouge. De surcroît car, une partie des deniers promis ont été anticipés par des équipes dans l’été, sur le marché des transferts. Pour certains, une révision du deal initialement prévu serait une catastrophe, raison pour laquelle d’ailleurs, la LFP a refusé de céder à la demande de Mediapro.

Le PSG, l’OM ou l’OL ont moins de dépendance à l’audiovisuel

Et ici, les plus gros clubs sont potentiellement les moins exposés. Le PSG est, par exemple, le seul en France pour qui les droits de la télé ne sont pas le premier poste de recettes (le champion de France gagne plus du sponsoring), moyennant quoi, la part sur l’ensemble des revenus de la saison 2019 du Paris SG est de 23,8%. La plus faible en France. L’OL et l’OM, hormis les clubs alors en Ligue 2, sont aussi moins dépendant de la télé, que la moyenne du plateau de la Ligue 1.

Vous aimerez aussi:  PSG : Combien rapporte à Paris la 3e place du Final 4 ?

Le poids des recettes de l’audiovisuel sur les revenus des clubs de la Ligue 1

Club Droits télé Revenus générés * Ratio audiovisuel/revenus
Nîmes 24,577 M€ 32,264 M€ 76,2 %
Angers 23,656 M€ 34,653 M€ 68,3 %
Monaco 75,649 M€ 111,647 M€ 67,8 %
Rennes 51,157 M€ 79,643 M€ 64,2 %

Voir le tableau complet en page 2




2 Responses to Que pèsent les droits TV sur les revenus des clubs de la Ligue 1 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑