Open d’Australie 2020 : Qui va gagner selon les bookmakers ?

19 janvier 2020 à 17:45 par Thomas

0

L’Open d’Australie débute ce lundi, avec Novak Djokovic et Serena Williams en favoris.

Menacé par les violents incendies qui frappent le pays depuis plusieurs mois, l’Open d’Australie 2020 aura bien lieu. Organisé en conséquence, avec la possibilité pour l’organisation de stopper les matches, dans le cas où l’atmosphère serait irrespirable. Gageons que les joueurs et joueuses engagés n’aient pas besoin d’arriver à ces extrêmes. Pour une poignée d’entre eux, l’objectif sera de tenir toute la quinzaine, jusqu’à l’événement final programmé le 2 février pour les hommes. La veille chez les féminines.

Djokovic favori à sa propre succession

Côté garçons, Novak Djokovic, le tenant du titre est le favori désigné des bookmakers de France. Que le Serbe conserve son titre paie 2,05 fois la mise. Hommes et femmes confondus, Nole justifie de la cote la plus basse. Donc la plus probable. Il devance Rafael Nadal (à 5), jamais loin dans les bons coups, tandis que Roger Federer pour autre légende avec eux est plus loin, à 10 contre un. Les opérateurs du jeu de France ont un niveau de confiance plus élevé envers la pépite montante : le Russe Daniil Medvedev, à 7,8.

Vous aimerez aussi:  Qui va désormais gagner la Ligue Europa selon les bookmakers ?

Ashleigh Barty maître chez elle de l’Open d’Australie 2020 ?

Chez les filles en revanche, la tenante du titre n’est qu’un option secondaire. Naomi Osaka qui remporte cet Open d’Australie 2020 vaut une cote moyenne de 8. Quasiment au double (4,6), de celle attribuée à Serena Williams, première favorite des analyses. Et si ce n’est l’Américaine, plutôt Ashleigh Barty (à 7,2). L’actuelle numéro un mondiale est chez elle à Melbourne, mais pas nécessairement dans son jardin, puisqu’elle n’a jusqu’ici, jamais franchi le cap des quarts de finale. L’Open d’Australie 2020 débute ce lundi 20 janvier pour le tableau final.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑