PSG, OM, ASSE, OL… Ce que la nouvelle répartition des droits devrait leur rapporter

31 mai 2018 à 11:55 par Thomas

0

Le nouvel deal des droits signés par la LFP sera surtout profitable aux clubs de l’élite du foot français.

La Ligue de football professionnel (LFP) l’a rêvée, Mediapro l’a fait : élever les droits de diffusion des matchs du championnat de France de Ligue 1, par-delà le milliard d’euros annuel (1,153 milliards), à compter de 2020 et jusqu’en 2024. Sous l’effet du nouvel acteur espagnol, le pot va augmenter de 60% qui sont autant à gagner en plus, pour les équipes de la Ligue 1. Ainsi, quand le PSG, l’OM, l’OL, l’ASSE, Monaco, le LOSC ou les Girondins, pour ne citer que ces quelques gros team là, gagnent présentement entre 35 et 60 millions d’euros à l’exercice, d’ici à deux ans, les paliers vont significativement augmenter.

Plus 60% pour les clubs de l’élite, le PSG, l’OM, l’ASSE, le LOSC, l’OL…

A Sportune, nous nous sommes projetés dans le futur, en imaginant l’impact de la nouvelle distribution des droits, sur les équipes du championnat de France de Ligue 1. Avec pour estimation de base, les chiffres des recettes de l’audiovisuel en Ligue 1, au terme de l’exercice 2016-2017. Précisons à ce titre que la répartition finale se découpe en une part fixe commune à tous les clubs, une part indexée sur la Licence club et une part variable, calculée selon le classement sportif final, la place sur les cinq dernières saisons révolues et la notoriété en fonction de la diffusion sur les écrans.

Une simulation qui peut changer d’ici à 2020 et le début de la nouvelle tranche

Dans deux ans, en grossissant le trait, le dernier du championnat devrait toucher autant qu’une formation du ventre mou d’aujourd’hui, soit en chiffres entre 20 et 30 millions d’euros, contre 10 à 20 aujourd’hui. Pour les plus gros, cela devrait limiter les écarts avec le voisinage européen. A l’exemple du PSG qui verrait sa part passer à près de 100 millions d’euros. L’on ne parle ici que des droits domestiques, sans les autres parts, de l’étranger par exemple ou de la lucrative Ligue des champions, pour un club comme celui de la capitale (en C1 aussi les droits vont prochainement augmenter). Cette simulation implique enfin que les critères de répartition restent les mêmes. En deux ans, beaucoup de choses peuvent changer. Depuis mardi, c’est ce que matraque la direction de Canal +, pour se convaincre qu’elle n’a pas tout perdu.

Ce que les clubs pourraient toucher avec la nouvelle répartition de l’audiovisuel

Club Droits audiovisuel 2016-17 (en M€) Estimation pour 2020 (en M€)
Paris Saint-Germain 57,885 92,616
Olympique Lyonnais 47,224 75,56
Olympique de Marseille 47,048 75,277

Voir le tableau complet en page 2

Pages : 1 2





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut de page ↑