Stade Rennais : Ça coûte combien de recruter Fikayo Tomori (Chelsea) ?

9 août 2020 à 13:35 par Thomas

0
Fikayo Tomori  transfert Chelsea Stade Rennais

Fikayo Tomori, un profil qui plaît au Stade Rennais.

Le Stade Rennais est particulièrement actif cet été. De surcroît alors qu’augmentent les chances du club de disputer la prochaine phase de la Ligue des champions ; la première de l’histoire pour les Bretons. Beaucoup de postes sont ciblés et surtout derrière, dans l’axe de la défense. Le journal L’Equipe révèle un nom de plus, en la personne de Fikayo Tomori, joueur de Chelsea, né au Canada mais Anglais de sélection (il en compte une chez les Three Lions). La piste est ambitieuse, car le jeune homme (22 ans) a déjà une belle cote sur le marché. Bien qu’il ne soit pas encore connu, à l’internationale.

Le Stade Rennais sur un espoir défensif de Chelsea

Fikayo Tomori est valorisé sur ce marché des transferts, au-delà de l’opération la plus chère jamais finalisée par le Stade Rennais, sur le front des recrues ; le Brésilien Lucas toujours en tête, à près de 21,3 millions d’euros. Sauf pour Transfermarkt, qui le donne à 16 millions, sinon le longiligne défenseur de 1m84 pour 75kg dépasse ce seuil ailleurs. Tant du côté du Football benchmark de KPM (entre 31 et 35 millions d’euros), que pour le Centre international d’étude du sport, pour qui il approche les 40 à 50 millions d’euros. Si Chelsea demande autant, il ne sera probablement pas possible à Rennes, de s’aligner. D’autant que le club a déjà investi sur ce marché et qu’il doit veiller – maintenant qu’il prétend jouer dans la cours des grands d’Europe – à ne pas se froisser avec l’UEFA, pour son fair play financier.

Vous aimerez aussi:  Les marques PSG et OL sont plus chères en 2020 qu'il y a un an

Fikayo Tomori est une piste ambitieuse, mais peut-être trop chère

S’entendre avec Chelsea sera possiblement plus compliqué, à tout le moins coûteux, que de négocier avec le joueur. Chez les Blues, Fikayo Tomori avoisine un salaire proche de 70 000 euros bruts mensuels. Sans les variables en plus. Il faudra forcément au Stade Rennais, qu’il le revalorise, financièrement et sur la longueur, avec un contrat de cinq ans, soit une saison de plus que les quatre qui lui reste sur son bail, prolongé en 2019, jusqu’au mois de juin 2024. Tous les éléments réunis, la piste de l’espoir britannique perd, non pas de son intérêt, mais de l’épaisseur, sur la capacité du club à la concrétiser.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑

Vous aimez cet article ?
Recevez la newsletter pour ne pas rater les prochains !
S'abonner
Fermer