ASSE: Laurey, 9 mois, 45000km et puis s’en va…

Posté le 28 novembre 2011 par

x0

Saint-Etienne - @Iconsport

Saint-Etienne - @Iconsport

9 mois après son arrivée à l’ASSE en tant que recruteur, Thierry Laurey quitte le Forez pour rejoindre l’AC Arles-Avignon en tant qu’entraîneur. Selon France Football, le technicien de 47 ans serait actuellement dans les bureaux du club provençal pour parapher son contrat. Il devrait s’installer dans ses nouvelles fonctions dans la foulée et organiser sa première séance d’entraînement dès mardi. Avant de devenir recruteur de l’ASSE, rappelons que Thierry Laurey avait officié en tant qu’entraîneur à Sète de 2007 à 2008 et à Amiens, de 2008 à 2009.

9 mois parès son arrivée à l’ASSE, Thierry Laurey file à Arles-Avignon

A Arles-Avignon, il récupère le poste de Faruk Hadzibegic, démis de ses fonctions la semaine dernière. Pour rappel, le 19e de Ligue 2 payait jusque-là son entraîneur 16 000 euros par mois. A voir si la présidence sera aussi généreuse avec Thierry Laurey… En attendant, Arles-Avignon risque d’avoir des finances quelque peu limitées pour son staff technique, tant les conflits avec les anciens coaches s’accumulent. D’abord parce que Hadzibegic exigerait le paiement de son salaire jusqu’à la fin de son contrat, soit le 30 juin 2012. Ensuite parce que l’ACA vient d’être condamné à verser 525 000 euros de dommages et intérêts à Michel Estevan, entraîneur licencié en septembre 2010, pour rupture abusive de contrat, et 12 679 euros pour le rappel des salaires non perçus durant sa période de mise à pied (de son côté, l’ACAA percevra 450 000 euros de la part de Michel Estevan, condamné pour avoir porter atteinte à l’image du club) .

Thierry Laurey, 9 mois, 45 000km et puis s’en va…

Du côté de l’ASSE, Thierry Laurey n’aura en tout cas pas fait de vieux os. Il était arrivé en mars pour renforcer la cellule recrutement du club. Il ne se sera donc occupé que d’un seul mercato, celui de cet été. On se souvient que durant cette période, justement, Thierry Laurey expliquait au bihebdomadaire France Football le principe de son job à Saint-Etienne. Il détaillait notamment que son poste de recruteur l’avait obligé à parcourir 45 000km pour aller superviser les pépites du football européen, l’équivalent de 42 aller-retour Paris – Saint-Etienne en l’espace de seulement quelques mois. Des déclarations qu’on vous invite à retrouver dans cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.