ASSE: Les salaires peuvent grimper de 50% à Saint-Etienne

15 février 2013 à 11:46 par Palissarde

0

Avant d’affronter l’OL, l’attaquant de l’ASSE, Pierre-Emerick Aubameyang, s’est échauffé avec des chaussures en cristaux. – @Icon Sport

On vous a déjà parler de nombreuses fois, à Sportune, du fameux système de salary cap établi par l’ASSE depuis 2 saisons. Certains parlent d’une limitation à 80 000€, d’autres fois ces mêmes personnes parlent de 100 000€ mensuel, soyons clair, le plus gros salaire fixe à Saint-Etienne est de 90 000€ brut mensuel. Une rémunération limitée, bien sûr, pour attirer dans le Forez les cadors même de Ligue 1. Mais à l’ASSE, il existe également un intéressant système de primes. Ce dernier permet aux joueurs de faire grimper leurs émoluments de manière substantielle, selon leurs performances sportives individuelles et collectives.

A l’ASSE, les primes peuvent représenter 50% du salaire d’un joueur

Car à la différence de la plupart des autres clubs de Ligue 1, dans lesquels les primes sont d’habitude symboliques, ou presque, comparés au salaire fixe, à l’ASSE, le système mis en place se veut très motivant. « Les primes de classement vont aux joueurs et certains d’entre eux voient leur salaire ainsi augmenter de 50% », précise le co-président, Bernard Caiazzo, ce vendredi, dans France Football. Le dirigeant explique également que l’échelle de salaire de base à l’ASSE: « 30, 45, 65 et 80 ». Prenons le cas d’un Top salaire de Saint-Etienne, comme par exemple Pierre-Emerick Aubameyang. Celui-ci peut espérer gagner, s’il empoche toutes ses primes 120 000€ par mois, soit 1,44M€ annuel.

Les limites du système de rémunération de l’ASSE

Le système de primes à l’ASSE incite donc les joueurs à aller chercher leur argent sur le terrain, plutôt que de le considérer comme acquis. Une stratégie sans doute pas étrangère aux bons résultats de Saint-Etienne depuis 2 saisons maintenant, et alors que le club figure aujourd’hui à la 4e place de Ligue 1. Le système a néanmoins ses limites, surtout quand on se donne des ambitions européennes, comme c’est le cas des Verts aujourd’hui. Prenons le cas, pas si improbable, d’une qualification de Saint-Etienne en Ligue des Champions. Les joueurs qui auront réussi à qualifier le club accepteront-ils de toucher une rémunération de base plus faible que dans d’autres grands écuries du championnat, pourtant non-qualifiés en C1 ? Pas evident. Pour réussir à se montrer compétitif au niveau européen, une augmentation de la masse salariale semble, à terme, nécessaire. Et celle-ci ne peut-être financer que par une participation régulière à la reine des compétitions du Vieux-Continent. Bref, un vrai casse-tête financier…

Découvrez en détail le système des salaires à l’ASSE expliqué façon « pour les nuls »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut de page ↑