De Messi à Ibrahimovic (PSG): Les footballeurs et le caritatif…

24 novembre 2012 à 23:37 par Marc Limacher

8
Cristiano Ronaldo - @Iconsport

Cristiano Ronaldo – @Icon Sport

C’est une pratique qui devient courante de l’autre côté de l’Atlantique. Certains salariés sont plus payés que d’autres uniquement sur le principe qu’ils font des dons à des associations caritatives. Une pratique qui peut aussi expliquer les hausses de salaire de certains sportifs. Prenons le cas du football. Récemment les médias parisiens se sont fait échos des pratiques caritatives de l’attaquant du PSG, Zlatan Ibrahimovic. Ce dernier serait un grand donateur (on parle de plusieurs millions d’euros). Même cas pour Samuel Eto’o qui débourse près de 5 millions d’euros par année pour sa fondation. Idem pour Leo Messi qui, avec sa fondation, distribue une partie de son salaire du FC Barcelone, ainsi que ses sponsors personnels. Il existe plein d’autres exemples de ce genre.

En général les footballeurs et autres sportifs multimillionnaires du sport redistribuent entre 10 et 20% de leurs gains à des associations, fondations et œuvres caritatives diverses. Cette pratique permet d’avoir un autre regard sur la nouvelle communication de Cristiano Ronaldo depuis deux mois. Le portugais est un membre de l’UNICEF, mais pas aussi actif que Messi, il aide aussi des projets humanitaires indépendants. Il a, cette semaine, fait un don de 1,5 millions d’euros pour les enfants de Gaza, en offrant son soulier d’or. Mais son image n’est pas encore totalement transformée.

Vous aimerez aussi:  PSG : Combien ça coûte de recruter Illan Meslier, le gardien français de Leeds ?

Toutefois, ses actions n’ont pas plus d’impact pour les votes du Ballon d’or que pour l’augmentation de son salaire au Real Madrid. Le Portugais demanderait jusqu’à 18 millions d’euros, mais le club madrilène devrait payer une plus grosse part des charges sociales… sauf si une partie de ce salaire est reversé à des œuvres. Pour les grandes stars du sports, certains contrats sont mirobolants, à la condition qu’il existe une contre partie caritative pour valoriser l’accord. Le caritatif est une très bonne base, surtout lorsque les valorisations de résultats ne sont plus des arguments assez forts, lors d’une négociation de contrat.




8 Responses to De Messi à Ibrahimovic (PSG): Les footballeurs et le caritatif…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑
  • Sportune sur Facebook

  • Sportune sur Twitter

  • Instagram

  • Sportune TV