Quand Schumacher encaisse, Bruno Senna allonge : comment la F1 creuse les inégalités

Posté le 8 janvier 2010 par

x0

Le phénomène n’est pas nouveau mais tend à s’aggraver sous l’effet de la crise. En Formule 1, il y a deux classes de pilotes : ceux que l’on paie (et grassement) pour tenir le volant et d’autres  pour qui pilotage rime avec gaspillage. Bruno Senna, neveu de l’illustre Ayrton, fait partie de la deuxième catégorie et selon ses calculs donnés début janvier au site internet du Financial Times, il aurait dépensé plus de 3 millions d’euros depuis le début de sa carrière en 2004, pour assouvir sa passion de l’automobile. Le Brésilien note d’ailleurs qu’il ne touchera rien à signer pour la prochaine saison avec l’écurie Campos. « En 2010, je ne percevrai pas de salaire de l’équipe mais en même temps, je suis venu sans sponsor », a-t-il expliqué, ajoutant qu’il comptait sur ses sponsors personnels pour assumer « les 150 000 euros » de frais, de voyages et de locations pour les plus coûteux.

Bruno-Senna-sport-business

Dans le détail, Bruno Senna nous apprend que depuis 2004 et ses débuts en Formule BMW, la facture est passée de 70 000 euros à 1,4 millions d’euros sa saison en GP2 Séries en 2008. Au total, durant ces cinq année, il aura dépensé 3,52 millions d’euros et il ne s’avoue pas vaincu. « Je conduirai jusqu’à ce que j’obtienne des résultats. Je crois plus en la gloire qu’en l’argent. Je fais cela parce que j’aime la course. Et parce que j’ambitionne de me battre un jour pour le tire, au championnat du Monde de F1. » En clair, la passion de Senna est sans limite. Et ses finances, on l’imagine, extensible, sachant que 3,52 millions d’euros ne sont pas grand-chose au regard des 400 millions sur lesquels pesait son oncle, Ayrton, avant de trouver la mort.

Reste que l’exemple du Brésilien renforce plus encore le côté élitiste de la discipline, que dénoncent de plus en plus de pilotes, n’ayant pas les moyens de Senna. Est-ce cela qui perdra la discipline ? Ou le lobbying des écolos ? Ou bien encore la crise qui pousse les constructeurs à se retirer les uns après les autres ? A trop camper sur ses acquis, la Formule 1 est attaquée de toute part…

Cresus Tensile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.