Platini contre l’arbitrage vidéo : il se fout de nous avec son argument économique ?

Posté le 7 décembre 2009 par

x0

L’argument sonne tellement faux, qu’il en devient honteux pour l’un des plus grands joueurs de l’histoire du foot français… Pour expliquer sa position contre l’arbitrage vidéo, Michel Platini, président de l’UEFA, vient de sortir l’énormité suivante : « Si on prend la vidéo pour les qualifications d’un Euro, cela veut dire que pour un Féroé-Estonie, devant 1 000 personnes, il faudra 25 caméras, soit 200 000 euros ! Et puis on va voir que sur une faute, il y avait faute avant, et encore avant : ce serait la fin du football. » Autant le dire sans en rajouter, c’est tout simplement n’importe quoi. Aujourd’hui un match de qualification non filmé pour une compétition comme l’Euro se comptent sur les doigts d’une main ou peut être même pas du tout… Même Andorre filme tous les matches de son équipe nationale ! Comme nous l’avouait il y a encore quelques semaines, Bernard Saules, patron de l’union des arbitres français, instaurer l’arbitrage vidéo dans le football ne couterait qu’une oreillette…

Et Platini enchaîne avec ses arguments économiquement infondés. Il parle en effet ensuite de « lobbying des télés qui veulent vendre des systèmes ». Il faudrait mieux que le président du foot européen détaille son explication, parce que là, il est difficile à suivre. Tout match susceptible de générer de l’audience aujourd’hui est forcément filmé. Et ce n’est pas le système de l’arbitrage qui risque de changer grand chose dans cette histoire.

Argument suivant (celui-là est tellement ridicule qu’on le passe rapidement, même s’il est tout aussi honteux). « Aujourd’hui, il y a Thiriez (président de la Ligue nationale française) qui est pour la vidéo et l’autre, le porte-parole de l’UMP (parti majoritaire, droite), je ne sais pas comment il s’appelle… » L’homme pour lequel l’ancien grand footballeur devenu politique affiche tant de dédain se nomme M.Lefebvre, porte-parole de l’UMP. Certes, il n’a rien à voir dans le débat. Mais si le président de l’UEFA cherche des gens pour défendre la cause de la vidéo dans l’arbitrage, peut-être faudrait-il mieux qu’il demande son avis à l’ensemble des Français, probablement aussi aux Irlandais. Peut-être même au monde entier, en fait. Voici un sondage pour l’en convaincre. Aujourd’hui, 79% des Français se disent pour l’arbitrage vidéo dans le football selon une enquête TNS/Sofres. A moins que cet ancien grand footballeur devenu homme politique ne se sente déjà un peu trop haut dans sa tour d’ivoire pour ne plus compter que sur les opinions des pontes de la FIFA et de l’UEFA, plutôt que celles du peuple. Comme tout le monde s’en doute, eux pensent toujours au bien du football avant celle de leur réélection dans le pays doré des fédérations. Il n’y a qu’à voir les chiffres qui tourneront autour de tout ce beau monde lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud, pour se dire que tout va bien dans le meilleur des mondes des politiciens du sport…

A voir :

Et dire qu’en plus, Michel Platini change d’avis comme de chemise sur l’arbitrage-vidéo :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.