La Ligue Europa est-elle vraiment la Ligue des Champions du pauvre ?

Posté le 19 septembre 2016 par

x0

Sur le plan économique, quelle différence y a-t-il entre la Ligue des champions et sa petite sœur, la Ligue Europa ?

Sur le plan économique, quelle différence y a-t-il entre la Ligue des champions et sa petite sœur, l’Europa League ?

Voilà une idée fortement répandue parmi les fans de foot et même les professionnels, une excuse que nous ressortent parfois certains dirigeants pour expliquer leur frilosité lors des matchs d’Europa League : celle que cette compétition ne rapporterait pas suffisamment par rapport à la Ligue des Champions, et qu’il vaudrait mieux parfois se concentrer sur le championnat pour espérer, à la fin de saison, pourquoi pas se qualifier pour … l’Europa League. Un raisonnement par l’absurde donc. Mais alors que les phases de groupe de ces deux compétitions européennes viennent tout juste de reprendre avec 3 clubs français engagés en Ligue des Champions et 2 autres en Europa League, cette idée est-elle appuyée par l’indéniable vérité des chiffres ?

Des différences moindres au début…

On l’oublie parfois, mais la Ligue des Champions commence dès la fin du mois de juin avec les matchs du premier tour opposant les champions des plus petits championnats de notre continent tels que Malte, le Pays de Galles ou encore les Iles Féroé. Pour les équipes éliminées d’entrée, c’est une belle somme de 200 000 euros, soit l’exact même montant que pour celles qui tombent dès leurs premiers matchs en Europa League. Cependant, le montant restera quasiment identique pour les perdants des deuxièmes et troisièmes tours en C3, alors qu’il augmentera respectivement de 50% et 100% en C1.

…mais qui croissent progressivement…

La différence majeure de primes entre les deux compétitions réside certainement dans celle de participation. Alors qu’une qualification pour la phase de poules de Ligue des Champions rapporte 12 millions d’euros, d’où l’importance capitale pour les finances monégasques d’avoir vaincu Villarreal, sinon le club n’aurait touché que 400 000 euros, Nice et Saint-Etienne, qualifiés pour la phase de groupes de la Ligue Europa ne recevront que 2 400 000 euros, soit près de cinq fois moins. Ce rapport restera sensiblement identique dans le reste de la compétition, sauf pour la finale, avec un maximum pour les huitièmes de finale où les représentants français en Europa League ne toucheront que 750 000 euros, alors qu’ils auront pourtant passé un tour de plus que ceux de la Ligue des Champions qui recevront un joli jackpot de 5 500 000 euros, soit seulement 1 million de moins que le vainqueur de l’Europa League.

…avant de légèrement s’atténuer pour la finale

En effet, si le FC Barcelone venait à soulever la coupe aux grandes oreilles comme le pronostiquent les sites de paris en ligne, il recevrait une prime de victoire de 15 millions d’euros, soit seulement 3 fois plus qu’une qualification en huitièmes de finale. Dans sa petite sœur, si le supra-grand favori Manchester United remportait le trophée, comme le pense BetStars avec une cote de 6,5 contre seulement 10 et 15 pour ses plus proches poursuivants que sont la Roma et l’Inter, il gagnerait également un pactole de 6 500 000 euros, soit près de 9 neuf fois plus qu’en huitièmes de finale !! Constat à peu près identique pour le perdant de la finale avec plus de 10 millions d’euros en C1 et 3 500 000 euros en C3, soit moins de 3 fois moins que sa grande sœur.

Pour résumer, l’idée reçue que l’Europa League rapporte beaucoup moins que la Ligue des Champions est assez vraie, à moins de se hisser en finale. Voilà qui pose donc nos deux ressortissants français en C3 face à un dilemme : tout donner pour espérer atteindre une finale bien que des clubs très huppés se trouvent sur leur route, où y aller avec parcimonie pour tenter de bien figurer sans se cramer et rêver d’accéder à la lucrative Ligue des Champions l’année prochaine. Si Lille a déjà lâché l’affaire en qualifications, Saint-Etienne s’est bien battue pour accéder à la phase de groupes. Ce que fera l’inexpérimentée Nice, avec sa superstar Balotelli, reste une énigme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.