Beijing sponsor de Kobe Bryant et des Lakers : Comment la Chine domine la NBA et son business

Posté le 23 décembre 2009 par

x0

On dirait que les USA ne suffisent plus à générer du business pour Kobe Bryant, les Los Angeles Lakers et toute la NBA. L’office de tourisme de Beijing vient de se payer les services de la star planétaire et son équipe de basketball pour 2010 afin de promouvoir ses sites touristiques. La grande muraille de Chine, la Cité interdite, orneront le Staples Center, la salle des Lakers, à partir de la semaine prochaine. Et le drapeau américain figurera loin derrière… Comble de la soumission au peuple asiatique, les joueurs de L.A. viennent de signer un contrat draconien pour l’an prochain avec la capitale chinoise. « Kobe Bryant devra assister à au moins une des manifestations de promotion organisées par le Bureau de tourisme de Beijing, précise Gu Ziaoyuan, directrice adjointe du Bureau municipal de tourisme de Beijing ». Et autant prévenir Kobe tout de suite, les caprices de star, ça ne marche pas avec les Chinois.

Mais de toute façon, pour le meilleur marqueur des Lakers, venir en Asie ne constitue plus une contrainte depuis un bon moment. Chaque année, la basketteur se rend déjà à Beijing pour y rencontrer ses groopies, dont le nombre s’accroît à chacune de ses visites. « Ils me traitent comme un membre de la famille, lâche-t-il carrément. J’y suis chaque été, c’est un peu mon chez moi. » Et oui, n’en déplaisent aux Américains, Kobe Bryant se sent comme à la maison en Chine. Encore un signe que ce pays devient plus attractif que les Etats-Unis. « Promouvoir Beijing par le biais des matches des Lakers assoira définitivement notre popularité à l’étranger », se félicite Tian Jianyong, directeur général de Beijing Bei’ao International Travel Agency.

La Chine constitue aujourd’hui le plus gros marché de la NBA à l’étranger et semble même capable de détrôner l’Amérique elle-même au niveau du business. En 2007-2008, la ligue nord-américaine comptait déjà 51 partenaires chinois pour la diffusion de ses matches. Et sur ses 16 partenaires commerciaux pour la saison 2008-2009, six étaient basés en Chine. Argument ultime : Albert Hung, homme d’affaires du pays du soleil levant, va bientôt devenir le deuxième plus gros actionnaire de l’équipe des Cleveland Cavaliers. Après la crise économique, dans le basketball comme ailleurs, les capitaux financiers semblent avoir changé de continent…

François Palissarde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.