Ces ex-stars du foot aujourd’hui ruinées

Posté le 6 novembre 2014 par

x0

David James cherche à vendre ses souvenirs pour rembourser ses dettes.

David James cherche à vendre ses souvenirs pour rembourser ses dettes.

David James est endetté. L’ancien gardien international anglais, devenu entraîneur-joueur des Kerala Blasters, en Inde fait le buzz cette semaine car il cherche à vendre ses souvenirs pour rembourser une partie de ses dettes. David James, popularisé par ses erreurs qui lui ont valu le surnom de Calamity James, n’est pas le premier footballeur à se trouver au bord de la banqueroute.

A lire aussi :
10 footballeurs parmi les plus flambeurs de l’histoire

Même bien mieux accompagnés tout au long de leur carrière, certains joueurs plongent encore parce que mal conseillés ou beaucoup trop flambeurs. Comme exemple récent, citons le cas de l’Allemand Andreas Brehme. Il y a 24 ans, c’est lui qui inscrivait le penalty victorieux de la Mannschaft en finale de la Coupe du monde 1990 face à l’Argentine. Aujourd’hui il est ruiné et ne peut plus rembourser sa dette estimée par la presse allemande à 200.000 euros.

Christian Vieri, attaquant vedette de l’Italie du début des années 90 à 2009 est lui aussi en position fragile. Depuis qu’il a raccroché les crampons, l’ex-buteur de l’AS Monaco s’est perdu entre ses deux passions pour les femmes et le poker et de mauvais placements qui ont absorbé une énorme partie de son (énorme) capital gagné en tant que joueur. Son cas, rappelle assez celui de son contemporain, Ivan Zamorano.

Le Chilien a porté quatre ans le maillot du Real Madrid et cinq celui de l’Inter Milan. Sa carrière fut une réussite, la suite beaucoup moins. Se sentant la fibre entrepreneuriale, Zamorano a beaucoup investi dans l’industrie, le marketing d’affaire et l’immobilier. Mais dix ans après sa retraite, il est contraint de devoir tout revendre pour éponger une dette de près de trois millions de dollars.

Ruiné, David James doit vendre ses souvenirs sur le web

David James, Vieiri ou Zamorano ne sont pas des cas isolés. En 2013, une étude de XPro, un organisme de bienfaisance révélait qu’au Royaume-Uni et en Irlande trois joueurs sur cinq finissent sur la paille ou en grande fragilité financière. Le rapport donnait les noms de Brad Friedel gardien de but de Tottenham, de Lee Hendrie, ex-joueur emblématique d’Aston Villa ou de Colin Hendry, ex-capitaine des Blackburn Rovers.

Parfois, la banqueroute est la conséquence directe ou non de divorces car selon XPro, un joueur marié sur trois finit par se séparer dans l’année qui suit sa retraite. « Notre base de données indique que trois joueurs sur cinq font faillite dans les cinq années qui suivent leur retraite sportive et cette statistique coïncide avec les statistiques sur le divorce des footballeurs » expliquait à ce sujet, Geoff Scott, l’un des auteurs du rapport.

Trop riche trop jeune, certains oublient de mettre de côté. Jusqu’au jour où le fisc les rattrapent. Garrincha, George Best ou Paul Gascoigne n’ont pas valeur d’exemple pour tout le monde. En dépit des efforts de sensibilisations faits par les clubs et les fédérations, la rupture avec le monde du foot professionnel n’est pas toujours simple à accepter. Et encore moins à gérer.

La maison de Mario Balotelli après l'incendie en octobre 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.