Fed Cup 2012: La fédé russe manque d’argent pour motiver ses stars

Posté le 23 avril 2012 par

x0

Maria Sharapova @IconSport

Maria Sharapova @IconSport

Malaise en Russie, dimanche, lors des demi-finales de la Fed Cup 2012 opposant la Russie à la Serbie (défaite 3-2 de la Russie). L’équipe russe ne fonctionne pas à son meilleur rendement à cause d’un manque d’argent pour tenter les meilleures joueuses du pays à jouer. Une affirmation provenant de Svetlana Kuznetsova en personne.  » Si plus d’argent était attribué, il serait possible d’améliorer la situation, il serait possible de faire jouer les meilleurs », a déclaré aux médias russes Kuznetsova. Il est vrai que la compétition de Fed Cup est perçue par beaucoup de joueuses comme une fatigue supplémentaire dans un calendrier de tournois déjà chargé. D’autant que cette année, les Jeux Olympiques captent une partie de l’attention. D’ailleurs, la joueuse russe à une idée intéressante : obliger les joueuses, pour se qualifier aux JO, de participer à la Fed Cup.

Maria Sharapova était absente contre la Serbie…

 » Si vous aimez jouer pour votre pays, c’est une chose, mais si vous jouez pour l’amour des jeux Olympiques ou autre chose, c’est une autre chose. «  La numéro une russe, Maria Sharapova, a joué un match pour la Russie contre l’Espagne en Fed Cup en Janvier, avant de se retirer sur ennuis de santé (rhume) et surtout pour sécuriser sa place aux prochains Jeux de Londres. Elle n’était pas présente face à la Serbie, tandis que la numéro 2 russe, Vera Zvonareva avait une blessure mineure. Mais le pire reste dans la jeune garde qui est plus motivée par l’argent que par le drapeau.

Pour Kuznetsova, ceux qui jouent au tennis en Russie aujourd’hui sont des « gosses de riches »

« Nous n’avons pas eu le financement, soit, mais notre génération, Kournikova, Myskina, Dementieva, Safina et moi, ainsi que beaucoup d’autres filles avons surmonté cela. Tout était complètement différent. Mais maintenant, ceux qui jouent au tennis sont doit des gosses de riches, qui n’ont aucun caractère ou d’autre qui ne peuvent tout simplement pas jouer et qui n’ont nulle part où aller. » conclu Kuznetsova. Un constat amer pour le tennis russe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.