Il gagne combien Teddy Riner, décuple champion du monde de judo ?

Posté le 12 novembre 2017 par

x0

Teddy Riner est une machine à gagner, des titres et des sponsors. Cela se traduit financièrement, à son avantage. – @Un derArmour

Légende il était déjà, légende il est encore plus, depuis ce samedi après-midi qu’il a décroché un nouveau titre mondial de judo ; le dixième de sa carrière. La performance est inédite autant qu’exceptionnelle, réalisée par Teddy Riner qui pousse, pour l’occasion, plus loin les records de sa discipline. Records sportifs mais aussi financier pour un judoka. Le journal L’Equipe s’est longuement penché dans la semaine, sur le business du champion.

Teddy Riner est une exception sportive et financière dans le monde du judo

Riner est un cas spécial dans son sport, il doit être l’un des rares, sinon le seul qu’il ait rendu millionnaire. Rançon légitime pour un homme invaincu sur les tatamis depuis près de sept ans, le judoka de 28 ans doit ses profits à ses victoires construites saisons après saisons, ainsi qu’à son image, sa disponibilité pour les médias ou le public français, donc à ses sponsors qui se greffent à lui, avec la garantie d’un retour évident, en terme de visibilité. Ça vaut, par exemple, pour la marque Under Armour, son équipementier depuis le début de l’année, après plusieurs saisons chez adidas. Son partenariat de trois ans lui rapporte 1,2 millions d’euros.

Le décuple champion du monde de judo est un aimant à marques, mais toutes n’ont pas grâce à ses yeux

Il est aussi associé à des marques telles que le Crédit Agricole, Habitat, AccorHôtel ou l’horloger de luxe, Audemars-Piguet. Interrogé par le journal L’Equipe, Teddy Riner explique ne pas chercher le nombre, il n’écoute que ceux qui ont un projet qui lui parle. C’est l’avantage de la notoriété mondiale que de pouvoir sélectionner, quitte à écarter des offres financièrement (très) attractives. Avec 5,5 millions d’euros de gains estimés sur l’année 2017, il est au sommet de sa carrière et il lui reste encore du temps pour engranger plus de bénéfices de son sport.

Une saison 2017 à près de 5,5 millions d’euros pour le monument du sport français

Après quoi, il pourra raccrocher et penser à la suite. Son business emploie sept personnes, pour l’essentiel en famille. Il a aussi des parts dans la société Thomson Computing, une marque française de PC, en plein essor financier et commercial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.