Tony Parker: Salaire divisé par 533 à l’Asvel !

Posté le 5 octobre 2011 par

x0

Tony Parker, chez les Bleus et à l'Asvel - @Iconsport

Tony Parker, basketteur chez les Bleus et à l'Asvel - @Iconsport

C’est officiel depuis ce mercredi. Le finaliste de l’Euro Basket 2011, Tony Parker, débutera la saison avec le club de Pro A de l’Asvel dont il est l’un des principaux actionnaires. La star NBA, sous contrat avec les Spurs aux Etats-Unis s’alignera dans le championnat français tant que les franchises américaines n’auront pas trouvé d’accord avec les joueurs pour mettre fin au lock-out qui bloque la reprise de la compétition. Le plus étonnant dans cette histoire est l’accord financier qu’a signé TP pour revenir en France…

A l’Asvel, le salaire de Tony Parker est divisé par 533 par rapport aux Spurs…

Le salaire de Tony Parker à l’Asvel sera de 1 500 euros par mois, soit le minimum syndical. Une rémunération divisé par… 533 comparée à ce qu’il touche outre-atlantique et que San Antonio ne lui verse pas en ce moment à cause de ce fameux lock-out. TP aurait pu choisir de rejoindre la Chine dès cet été pour garder son salaire. De grands argentiers lui proposaient en effet la même somme d’argent, soit 800 000 euros par mois. Le joueur a finalement choisi d’investir dans un club dont il est actionnaire. Car outre un salaire plus que bradé, la star prend également en charge l’ensemble de la police d’assurance pharaonique nécessaire pour qu’il puisse jouer ailleurs qu’à San Antonio. Selon les information de L’Equipe, Parker aurait ainsi mis de sa poche 190 000€ pour couvrir uniquement les trois premiers mois de Pro A.

Tony Parker privilégie ses revenus publicitaires et son image à son salaire

Si Parker a accepté un tel accord, c’est en fait d’abord pour contribuer à la croissance de son club de Villeurbanne, comme il le répète à chaque fois. C’est aussi pour s’assurer des revenus publicitaires plus importants grâce à une image auprès de l’opinion publique une nouvelle fois embellie par ce deal. En 2011, les revenus commerciaux du joueur devraient tout de même s’élever à 4 millions d’euros, en hausse de 1 million d’euros sur un an, grâce à ses multiples partenariats avec Betclic, EA Sports, Tissot, ou encore Axe, auxquels sont venus s’ajouter Toupargel, ou encore Quick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.