Eto’o, l’OL, Leproux, les sponsors… Quand Nicollin fait feu de tout bois !

23 avril 2011 à 10:37 par admin

0

Louis Nicollin

Il n’est jamais le dernier à prendre le micro alors, quand une semaine durant, les médias  se pressent à sa porte pour le faire réagir sur la finale de la coupe de la Ligue, le président du MHSC Louis Nicollin jubile. Son franc-parler dérange, ses dérapages verbaux aussi. Louis Nicollin s’en moque fidèle capitaine à la tête du navire montpelliérain depuis presque 14 ans qui dit toujours ce qu’il pense et encore ce vendredi pour le bi-hebdomadaire France Football, en marge de la finale entre son équipe de La Paillade et l’Olympique de Marseille. Objet de l’entretien : d’anciens salariés invités tour à tour à poser une question à leur ancien boss. Et voilà nous concernant, le meilleur des déclaration sport business de Loulou.

Les Sponsors, Nicollin en a « rien à foutre » !

Première question et déjà première salve en direction des sponsors : son ancien directeur administratif lui demandant s’il ne devrait pas s’assagir car ses déclarations ont échaudé certains investisseurs, Louis Nicollin rétorque : « Je n’en ai rien à foutre ! Je ne cours après les sponsors et je n’ai jamais couru après. La Paillade, c’est mon ami Gasset et moi qui l’avons faite, et nous en sommes très fiers.Tant qu’il n’y a pas de sous j’assume et je les mets, point à la ligne. Mais je trouve que Montpellier a bonne presse. C’est un bon club, une belle ville. Les filles les plus jolies de France, on me dit souvent que c’est à Toulouse qu’on les trouve, mais moi je dis que c’est ici. Il y a la mer pas loin. Si Montpellier ne leur va pas, ils n’ont qu’à aller sponsoriser Roubaix-Tourcoing. Je n’ai pas dit Lens ou Lille, hein ! »

Aulas : « Il n’y a que lui qui pouvait réussir à à l’OL »

Autre vérité tout aussi franche de Loulou à la question de Fleury Di Nallo ex joueur montpelliérain. Louis Nicollin n’a-t-il pas le regret d’avoir pris la tête du Montpellier HSC plutôt que de l’Olympique Lyonnais ville d’où il puise ses origines ? « Je suis bien à Montpellier et puis je ne pense pas que j’ai les qualités de Jean-Michel Aulas. Il n’y a que lui qui pouvait réussir là-bas. Et il a sacrément réussi ! Parce que je vous dis qu’il y a un paquet de présidents qui se sont succédés à Lyon, et j’ai vu pas mal de crêpes ! » Les crêpes en question apprécieront !

Robin Paproux, « le Parisien » à la tête du PSG

Lancé sur le sujet de ses pairs présidents de club, le patron du MHSC remettra le couvert en toute fin d’entretien. Avec une dédicace toute particulière à l’attention de son homologue du PSG, Robin Leproux : « C’est vrai que ces présidents délégués, ils me gonflent Le Parisien – ce Paproux-là, je ne sais pas comment il s’appelle – je l’encadre difficilement ! » Et de poursuivre : « Le club ne leur appartient pas, ils sont payés par les actionnaires. Est-ce que seulement ils bandent pour le club ? Quelles discussions ils peuvent bien avoir avec les joueurs ? Moi, si je suis joueur et que je vois arriver un type comme ça, j’en rigole. Il vaut mieux des mecs comme Aulas, Martel ou Seydoux à Lille. Ce sont des patrons. Ils jouent leurs sous ces mecs-là ! »

Roger Milla « c’est pas Eto’o »

On l’aura compris, Nicollin divise autant qu’il fédère et comme partisans il compte aussi l’emblématique footballeur camérounais Roger Milla. « Un grand joueur que j’ai eu le plaisir d’avoir dans mon club. Il n’a jamais gagné l’argent qu’il aurait dû gagner dans sa carrière. Il n’y a qu’à Montpellier, je crois, qu’il a été payé à sa juste valeur. Avant, il a toujours été plus ou moins abusé. Quel joueur c’était ! S’il pouvait avoir vingt ans de moins… Ce n’est pas Eto’o, je te le dis ! » L’attaquant de l’Inter qui engloutit un tiers du budget de Montpellier dans son salaire à Milan (10,5M€/an contre 33M€ le budget du MHSC) traîne en effet la réputation d’être un flambeur. Et ça n’est pas du goût de Loulou.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑